AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Abba ! Père !

Epître aux Romains (8.15 ~ Traduit du grec) :

« Vous n'avez pas reçu un esprit de servitude,

qui vous ramène dans la peur, mais vous avez reçu

un Esprit d'adoption, par lequel nous crions :

Abba ! Père ! »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

20 août


D'ordinaire réservée à Jésus Christ, l'appellation de "fils de Dieu" devient, pour tous ceux qui sont revêtus de l'Esprit Saint, une filiation par adoption permettant d'appeller le Créateur "Abba", mot d'origine araménne qui signifie "Père".

C'est ainsi que Jésus appelait Son Père :

« Il disait :

Abba, Père, tout est possible pour toi. » (Marc 14.36)

"Abba" n'évoque-t-il pas les premiers balbutiements d'un enfant qui n'arive pas encore à dire "papa" ?

Cette relation personnelle entre le Père tout-puissant et Ses enfants permet de vivre en dehors de la crainte.

C'est pourquoi Jésus accepta les épreuves tout en s'en remettant à Son Père.

« Eloigne cette coupe loin de moi !

Mais ... non ce que je veux, mais ce que tu veux ! » (Marc 14.36)

Celui qui nous protège est Celui qui nous sanctifie dans l'accomplissement de Ses volontés, dans le cadre du plan infini qu'Il a conçu pour Ses enfants.

Il met Ses enfants à part afin que ceux-ci s'efforcent de vivre en communion avec Lui.

Ceci ne nous met toutefois pas à l'abri des épreuves car la vie est un combat.

« Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers.

D'une part héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ d'autre part, si toutefois nous souffrons avec Lui, afin d'être glorifiés avec Lui. » (Romains 8.17)

Mais en tous lieux, en toutes circonstances, Il nous offre la faculté d'invoquer "Notre Père", et de nous en remettre à Sa volonté et Sa protection car comme il est écrit en Romains 8.28 :

« Nous savons d'autre part que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, eux qui sont appelés selon Son dessein. »

Le baptême et la colombe

Retour en page d'accueil


Enfants de Dieu

Epître aux Romains

Traduit du grec : versets 8.1 à 8.17

1. Donc, il n'y a maintenant plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.

2. Car la loi de l'Esprit de vie en Jésus Christ t'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

3. C'était impossible par la loi, parce qu'elle était était impuissante du fait de la chair. A cause du péché, Dieu a envoyé son propre fils dans une enveloppe de chair pécheresse, afin de condamner le péché dans la chair.

4. De ce fait, le principe de la loi est accompli en nous qui nous conduisons selon l'Esprit, et non selon la chair.

5. Car ceux qui sont issus de la chair, se comportent conformément à la chair, et ceux qui sont issus de l'Esprit, conformément à l'Esprit.

6. Or, la conformité à la chair, c'est la mort, tandis que la vie et la paix sont conformes à l'Esprit.

7. Aussi la conformité à la chair est ennemie de Dieu, car elle n'est pas soumise à la loi de Dieu. D'ailleurs, elle en est incapable.

8. Ceux qui sont soumis à la chair ne peuvent plaire à Dieu.

9. Vous, par contre, vous ne vivez pas selon la chair mais selon l'Esprit, si l'Esprit de Dieu habite en vous. Car celui qui n'a pas l'Esprit du Christ ne lui appartient pas.

10. Si le Christ vit en vous, le corps, certes, mourra à cause du péché, mais vous vivrez par l'Esprit à cause de la justice.

11. Si l'Esprit de Jésus, ressuscité d'entre les morts, habite en vous, Celui qui a ressuscité le Christ d'entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par Son Esprit qui vous habite.

12. Ainsi donc, frères, nous n'avons pas de dette envers la chair, pour vivre selon la chair.

13. Car si vous vivez selon la chair, vous mourrez. Mais si par l'Esprit vous faites mourir les agissements du corps, vous vivrez.

14. Tous ceux qui sont guidés par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu.

15. Vous n'avez pas reçu un esprit de servitude, qui vous ramène dans la peur, mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : "Abba ! Père !"

16. L'Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

17. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers. D'une part héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ d'autre part, si toutefois nous souffrons avec Lui, afin d'être glorifiés avec Lui.

Epître aux Romains 8.18 à 8.39 >>>