AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La médisance.

Epître de Jacques (4.11 ~ Traduit du grec) :

« Ne médisez pas les uns des autres, frères. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

3 Décembre


La médisance est un péché courant, y compris entre chrétiens.

Elle résulte de la tentation à vouloir juger notre prochain ... considérant sans doute que nous valons mieux que lui.

Jésus a dénoncé notre aveuglement, notre suffisance qui se manifeste par cette tendance au jugement.

« Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil, ne la remarques-tu pas ? » (Luc 6.41)

Au lieu de juger les autres, ne devrions-nous pas commencer par nous-mêmes ?

Plutôt que de nous comparer aux autres, qu'ils soient meilleurs ou pires, ne pouvons-nous pas nous comparer à nous-mêmes ?

Cette comparaison interne pourrait nous conduire à cet objectif : être meilleurs aujourd'hui que par le passé ... et être encore meilleur demain qu'aujourd'hui !

Cette auto-évaluation qui mène au changement porte un nom : c'est la repentance conduisant à la conversion.

Si celle-ci s'effectue en toute honnêteté, sans se surévaluer ou se dévaloriser, elle ne peut qu'être profitable.

Et ce jugement intime, loin de conduire à une condamnation, est porteur de libération.

Pour le reste, le jugement des autres n'est pas de notre compétence, mais de celle du Souverain créateur :

« Un seul est législateur et juge : Celui qui peut sauver et perdre. Mais toi, qui es-tu pour juger ton prochain ? » (verset 12)

Il importe donc de nous délivrer de ce regard malsain que nous risquons de porter sur autrui, en priorité parmi les croyants, mais également en dehors.

Car qui nous dit que Dieu ne trouve pas en celui qui n'a pas encore reçu le don de la foi des qualités bien plus grandes qu'en nous-mêmes, et qui vont le conduire sur le chemin de la grâce ?

Chassons la médisance, entre autres parasites qui infectent notre âme, et dans le vide ainsi créé pourra se développer le fruit de l'Esprit.

Ainsi, ne résonnera plus ce verset à nos oreilles - « Ne médisez pas les uns des autres ... » - mais ce commandement du Seigneur :

« Que vous vous aimiez les uns les autres ... » (Jean 13.36)

Ne pas céder à la médisance ...

Retour en page d'accueil


Dieu ou le monde

Epître de Jacques

Traduit du grec : versets 4.1 à 4.17

1. D'où viennent les guerres et les conflits parmi vous ? N'est-ce pas de vos plaisirs qui guerroient dans vos membres ?

2. Vous convoitez sans obtenir, vous tuez et vous êtes jaloux sans pouvoir aboutir, vous combattez, vous guerroyez sans rien obtenir parce que vous ne savez pas demander.

3. Vous demandez sans recevoir car ce que vous demandez est mal, dans le but de dépenser pour vos plaisirs.

4. Adultères ! Ne savez-vous pas que l'amour du monde est hostilité contre Dieu ? Donc, celui qui veut être ami du monde devient ennemi de Dieu.

5. Pensez-vous que l'Ecriture dit en vain qu'Il désire jalousement l'esprit qu'Il a fait habiter en nous ?

6. Mais la grâce qu'Il nous accorde est bien plus grande, car il est dit : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait grâce aux humbles. »

7. Soumettez-vous donc à Dieu, résistez au diable, et il fuira loin de vous !

8. Approchez-vous de Dieu, et Il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs, et purifiez vos cœurs, vos âmes sont partagées.

9. Soyez conscients de votre misère, soyez-en affligés et pleurez ! Que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse.

10. Humiliez-vous devant le Seigneur, et Il vous élèvera !

11. Ne médisez pas les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n'est pas l'observateur de la loi, mais tu en es juge.

12. Un seul est législateur et juge : Celui qui peut sauver et perdre. Mais toi, qui es-tu pour juger ton prochain ?

13. Et maintenant, à ceux qui disent : "Aujourd'hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année pour faire du commerce et gagner de l'argent."

14. Vous ne savez même pas ce qu'il en sera de votre vie le lendemain, car vous êtes comme une vapeur qui paraît un instant pour disparaître ensuite.

15. Vous feriez mieux de dire : "Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela."

16. Mais non, maintenant vous êtes fiers de vos vantardises. Toute fierté de cet ordre est mauvaise.

17. Qui donc sait faire le bien et ne le fait pas commet un péché.

Epître de Jacques : 5.1 à 5.20 >>>