AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La tentation.

Epître de Jacques (1.13 ~ Traduit du grec) :

« Que nul, lorsqu’il est tenté, ne dise :

"C’est Dieu qui me tente", car Dieu ne peut être tenté

par le mal et Lui-même ne tente personne. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

30 Novembre


L'origine du péché suscite souvent des controverses.

Dieu a t-Il créé le Mal ?

Et s'Il ne l'a pas créé, pourquoi l'a t-Il laissé proliférer ?

L'existence du Mal est antérieure à l'homme.

Le Serpent en est la première illustration mentionnée dans la Bible avec le premier cas de tentation.

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » (Genèse 3.1)

Il est écrit que le serpent faisait partie des animaux que Dieu avait faits.

Mais les serpents ne parlent pas ... sauf celui-ci qui est manifestement une incarnation du démon.

Rien ne nous est dit dans ces versets sur l'origine de ce démon que Dieu laisse agir.

La première tentation est celle de la mise en cause de la Parole de Dieu : le démon veut faire douter la femme.

Dieu laisse faire, et induire la femme en tentation ... mais ce n'est pas Lui qui a tenté la femme.

Le démon a ainsi pour fonction de tester notre foi en Dieu.

Le Livre de Job illustre parfaitement cette fonction dévolue à Satan. Son nom signifie "l'accusateur" !

Celui-ci se présente devant Dieu pour calomnier Job, et au travers de cet homme, l'ensemble des croyants.

Pouvons-nous dire que Satan est un "mal nécessaire" ?

Car il permet ainsi à l'individu d'exercer son libre choix : croire ou douter de Dieu.

Celui qui doute de la parole de Dieu risque de se livrer à la tentation en suivant l'adversaire.

La tentation n'est pas le péché, mais le péché est accompli lorsque l'on cède à la tentation.

Du doute à la désobéissance, le pas est vite franchi. Comme de la convoitise au péché.

« Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché, et le péché, mené à son terme, engendre la mort. » (verset 15)

Jésus nous a mis en garde contre la tentation au travers de l'exemple de l'adultère.

« Vous avez entendu qu’il a été dit : "Tu ne commettras pas d’adultère."

Mais moi je vous dis que quiconque regarde une femme pour la désirer a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Matthieu 5.27-28)

Jésus nous a aussi donné, par la prière au Père, le moyen de nous en libérer afin de ne pas nous identifier aux forces obscures qui nous manipulent :

« Ne nous emporte pas dans l'épreuve, mais délivre-nous du Malin. » (Matthieu 6.13)

Si nous pensons être faibles, n'hésitons pas à demander au Seigneur de nous préserver des épreuves.

Car tout le monde n'a pas la force de dire comme Jacques :

« Considérez en toute joie, mes frères, les diverses épreuves que vous traversez. » (verset 2)

Ne pas céder à la tentation ...

Retour en page d'accueil


La tentation

Epître de Jacques

Traduit du grec : versets 1.1 à 1.27

1. Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus Christ, aux douze tribus qui sont dans la dispersion et que je salue.

2. Considérez en toute joie, mes frères, les diverses épreuves que vous traversez.

3. Vous savez que la mise à l'épreuve de votre foi produit l'endurance.

4. Puisse l'endurance agir pleinement, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans rien omettre.

5. Cependant, si l'un d'entre vous est dépourvu de sagesse, qu'il en fasse la demande auprès de Dieu qui donne à tous en toute simplicité et sans faire de reproche, et elle lui sera donnée.

6. Qu'il demande avec foi, sans hésitation, car celui qui hésite ressemble à la houle marine qui s'agite et se soulève au gré du vent.

7. Que cet homme ne s'imagine pas qu'il recevra ainsi quoi que ce soit du Seigneur.

8. Cet homme, avec son âme divisée, est instable dans toutes ses voies.

9. Que le frère de condition humble soit fier de son élévation.

10. Que le riche, au contraire, le soit en s'abaissant, car il passera comme la fleur des prés.

11. Car le soleil s’est levé avec le vent brûlant et a desséché l’herbe, la fleur est tombée et sa belle apparence a disparu. Il en est de même pour le riche qui se flétrira dans ses entreprises.

12. Heureux l’homme qui endure l'épreuve, car après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie promise à ceux qui L’aiment.

13. Que nul, lorsqu’il est tenté, ne dise : "C’est Dieu qui me tente", car Dieu ne peut être tenté par le mal et Lui-même ne tente personne.

14. Chacun est tenté par sa propre convoitise qui l'entraîne et sert d'appât.

15. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché, et le péché, mené à son terme, engendre la mort.

16. Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés !

17. Toute grâce excellente et tout don parfait viennent du ciel, du Père des lumières, qui ne change pas au gré des variations de l'ombre.

18. Selon Sa volonté, Il nous a engendrés par la parole de vérité afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de Ses créatures.

19. Rappelez-vous ceci, mes frères bien-aimés, que chacun soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère.

20. Car la colère de l'homme ne conduit pas à la justice de Dieu.

21. Aussi, débarrassés de toute souillure et de tout accès de méchanceté, accueillez en douceur la parole qui vous est implantée et qui peut sauver vos âmes.

22. Mettez la parole en pratique, ne soyez pas seulement des auditeurs qui s'abuseraient eux-mêmes.

23. Car celui qui écoute la parole sans la mettre en pratique ressemble à un homme qui observe dans un miroir le visage qu'il a de naissance.

24. Il s'est observé, puis il s'est éloigné et a aussitôt oublié de quoi il avait l'air.

25. Mais celui qui se penche sur une loi parfaite, celle de la liberté, et s'y attache, n'est pas un auditeur distrait, mais un bâtisseur qui sera heureux dans ce qu'il réalisera.

26. Si quelqu'un se croit religieux, sans maîtriser sa langue, il se trompe lui-même et sa religion est vaine.

27. Car la religion pure et immaculée devant Dieu le Père est celle-ci : visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, se garder du monde pour ne pas se souiller.

Epître de Jacques : 2.1 à 2.26 >>>