AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Savoir écouter.

Première épître aux Corinthiens (9.22 ~ Traduit du grec) :

« Je me suis adapté à tout pour tous,

afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

10 Septembre


Sommes-nous sur de fermes positions ?

Avons-nous reçu une foi sans faille ?

Paul avait de telles bases.

Pourtant, confronté à des frères ou des sœurs "faibles dans la foi", il se mettait à leur portée.

Il s'efforçait de s'adapter pour en sauver mille ? Cent ?

Non ... « quelques-uns » seulement (verset 22) ... en toute humilité.

Paul n'allait pas les conseiller en disant :

"Moi, je ...", pour développer ensuite des recommandations qui ne seraient pas à la portée de leur foi, sachant que tous n'avaient pas ses convictions.

Alors quelle est la meilleure attitude ?

1 - Ecoutons notre prochain avant de vouloir le conseiller, au lieu de n'écouter que soi !

Se mettre à la portée des autres afin de les aider, c'est être respectueux de leurs capacités, de leurs limites, sans préjuger de l'issue de notre démarche.

Le Seigneur est à nos côtés pour nous guider auprès d'eux.

2 - C'est surtout Lui, notre conseiller spirituel, que nous devons écouter, et non notre propre voix, avant de prétendre conseiller quelqu'un.

Avons-nous cette ferme assurance que la foi peut tout changer ?

Ne nous en vantons pas ... celui qui est faible n'a pas cette conviction.

Car cette foi, ou cette force qui nous anime, est un don du Seigneur.

« En effet, qui te distingue ? Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te faire valoir comme si tu ne l’avais pas reçu ? » (1 Corinthiens 4.7)

3 - Demeurons humbles face aux résultats de nos prédications ... même s'ils sont faibles.

Qui nous entendra ?

Qui nous comprendra ?

Aurons-nous correctement transmis la volonté du Seigneur ?

Est-ce le moment venu de leur conversion ?

Nous sommes pressés de voir des résultats ?

Mais le temps de Dieu n'est pas notre temps !

Ceux qui nous lisent ou nous écoutent ne sont pas tous prêts à la conversion.

Bien peu réagiront positivement.

Paul partageait cette position avec humilité.

Il ne prétendait pas contribuer au salut d'une multitude mais espérait seulement servir pour en sauver « quelques-uns ».

Toutefois, ceci ne nous empêche pas de prier afin :

« Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous ! »

(Apocalypse 22.21)

Savoir écouter

Retour en page d'accueil


L'apostolat de Paul

Première épître aux Corinthiens

Traduit du grec : versets 9.1 à 9.27

1. Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N'ai-je pas vu Jésus, notre Seigneur ? N'êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ?

2. Si pour d'autres je ne suis pas apôtre, du moins pour vous je le suis. Car le sceau de mon apostolat, c'est vous, qui êtes dans le Seigneur.

3. Ma défense contre ceux qui me jugent est la suivante.

4. N'avons-nous pas le droit de manger et de boire ?

5. N'avons-nous pas le droit d'emmener une femme dans la foi, comme le font aussi les autres apôtres, les frères du Seigneur et Céphas ?

6. Ou bien, Barnabas et moi serions-nous les seuls à ne pas pouvoir être dispensés de travailler ?

7. Qui a jamais effectué un service militaire à ses propres frais ? Qui plante une vigne sans manger de son fruit ? Ou bien, qui fait paître un troupeau sans se nourrir du lait de ce troupeau ?

8. Est-ce que je dis cela selon des règles humaines ou bien la loi dit-elle la même chose ?

9. Car dans la loi de Moïse, il est écrit : « Tu ne muselleras pas le bœuf foulant le grain. » Dieu se soucie-t-il des bœufs ?

10. Ou bien est-ce à cause de nous seuls qu'Il parle ainsi ? Car c'est pour nous qu'il fut écrit que le laboureur se doit de labourer dans l'espérance tout comme celui qui foule le grain dans l'espérance de recevoir sa part.

11. Si nous avons semé pour vous les biens spirituels, est-ce excessif si nous moissonnons auprès de vous des biens terrestres ?

12. Si d'autres détiennent ce droit sur vous, pourquoi pas nous à plus forte raison ? Mais nous n'avons pas usé de ce droit. Au contraire, nous supportons tout, afin de ne pas susciter quelque obstacle à l'Evangile de Christ.

13. Ne savez-vous pas que ceux qui assurent le service du culte se nourrissent de ce qui provient du temple, et que ceux qui servent à l'autel en prennent leur part ?

14. Aussi, le Seigneur a prescrit à ceux qui annoncent l'Evangile, de vivre de l'Evangile.

15. Moi, je n'ai usé d'aucun de ces droits, et je n'écris pas cela afin d'en profiter. Car il serait préférable pour moi de mourir plutôt que de me dévaloriser en me mettant en valeur.

16. Car si j'évangélise, ce n'est pas pour me mettre en valeur : c'est une nécessité qui s'impose à moi ! Quel malheur, en effet, ce serait pour moi si je n'évangélisais pas !

17. En effet, si je fais cela de plein gré, j'en retire un salaire. Mais si j'y suis obligé, c'est une charge qui m'est confiée.

18. Quel est donc mon salaire ? C'est d'annoncer gratuitement la Bonne Nouvelle en proposant l'Evangile pour ne pas user des droits que l'Evangile me confère.

19. Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, afin d'en gagner le plus grand nombre.

20. Pour les Juifs, je me suis comporté comme un Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la loi, comme étant sous la loi, quoique je ne sois pas moi-même sous la loi, mais afin de gagner ceux qui sont sous la loi.

21. Avec ceux qui sont sans loi, je suis comme un sans loi, même si je ne suis pas en dehors de la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ, afin de gagner ceux qui sont sans loi.

22. J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis adapté à tout pour tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.

23. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir ma part.

24. Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais un seul remporte le prix ? Aussi, courez afin de le remporter !

25. Tout concurrent s’impose toutes sortes d’abstinences, et ils font ceci pour obtenir une couronne périssable, mais nous, pour une couronne impérissable.

26. C'est ainsi que moi, je cours, mais non à l’aveuglette. Si je me bats, ce n'est pas en frappant dans le vide.

27. Mais je traite durement mon corps et je le tiens en bride, afin de ne pas être moi-même disqualifié aux yeux des autres, après leur avoir prêché.

Première épître aux Corinthiens
10.1 à 10.33 >>>