AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


L'arche de Noé.

Première épître de Pierre (3.21 ~ Traduit du grec) :

« C'est la préfiguration de celle qui vous sauve maintenant

avec le baptême, non par la purification des souillures du corps,

mais par l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu,

par la résurrection de Jésus Christ. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

6 Décembre


Qu'est-ce que l'eau du baptême ?

Quelle est la signification symbolique de cet acte qui, rappelons-le, viens du grec "baptizein" qui signifie "immerger" ?

En quoi devons-nous être immergés ?

Dans l'eau pour nous laver de nos impuretés corporelles ?

Non !

Nous nous immergeons, par le baptême, dans « l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu », un engagement qui se résume en un seul terme : la foi.

Pas dans n'importe quelle foi, mais la foi en la résurrection de Jésus Christ.

Le baptême d'eau est un engagement, un contrat moral qui est passé entre le baptisé et Son Seigneur.

Il est attesté par Pierre que le baptême ne change en rien le corps physique de l'individu qui demeure confronté au péché.

Un tel engagement ne peu concerner, de toutes évidences, le baptême des enfants qui n'ont pas la conscience nécessaire.

Cet engagement suppose une foi préalable comme il est écrit :

« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. » (Marc 16.16)

Ainsi, le baptême n'a jamais sauvé personne, le salut venant de la grâce de Dieu par le moyen de la foi.

Peut-on prétendre inciter Dieu à accorder Sa grâce par le moyen du baptême en baptisant des enfants ?

Ou encore, comme ce fut le cas pendant des siècles, par le baptême forcé des adultes en les obligeant à se convertir au christianisme ?

Le verset ci-dessus précise l'ordre des évènements : la foi ... puis le baptême.

Qu'adviendrait-il de celui qui aurait la foi et viendrait à mourir sans être baptisé ?

La Bible répond à cette question avec le bon larron qui fut crucifié à côté du Seigneur. Jésus lui dit :

« A vrai dire, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23.43)

Pourquoi en fut-il ainsi ?

Parce que cet homme, au dernier jour de sa vie, s'était repenti et avait reconnu en Jésus son sauveur.

Il n'a certes pas pu quitter sa croix pour se faire baptiser !

Mais sans le baptême, par la foi en Jésus, il fut sauvé.

La foi, qui conduit à l'engagement moral et symbolique du baptême, nous ouvre les portes des cieux.

Elle nous permet de monter dans l'Arche du salut aux temps mauvais, lorsque la colère de Dieu se manifeste ...

« En effet, l’avènement du Fils de l’homme rappellera les temps de Noé.

Car aux jours qui précédèrent le déluge, on se régalait et on buvait, on se mariait et on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche. » (Matthieu 24.37-38)

Dans le prolongement des enseignements de Jésus, les disciples ont entrepris une relecture du Premier (Ancien) Testament.

Ils ont ainsi étudié l'Ecriture à la lumière de ce que le Seigneur avait révélé, et continué de révéler par le ministère de l'Esprit Saint après l'ascension de Jésus.

C'est notamment le cas du Déluge et de l'Arche de Noé qui prennent ainsi toute leur dimension symbolique par une préfiguration des évènements ultérieurs.

Car une Arche nous sera nécessaire quand viendront les temps de tribulation.

Lorsque la colère de Dieu déferle sur la terre, tout le monde n'est pas emporté dans la vague.

Il en fut ainsi lorsque l'ange de la mort frappa les enfants des égyptiens mais pas ceux d'Israël parce qu'ils avaient marqué leurs portes du sceau de Dieu :

« Le Seigneur traversera l'Egypte pour la frapper et il verra le sang sur le linteau et les deux montants. Alors le Seigneur passera devant la porte et ne laissera pas le destructeur entrer dans vos maisons pour vous frapper. » (Exode 12.23)

Il doit en être de même pour ceux qui seront marqués du sceau de Dieu par le sang du Christ.

Ils seront protégés, car il sera dit aux exterminateurs « de nuire ... seulement aux hommes qui n'auront pas le sceau de Dieu sur leur front. » (Apocalypse 9.4)

L'Arche de Noé, lui-même immergé dans la foi, était marquée du sceau de Dieu : elle a traversé les eaux du déluge !

L'arche de Noé

Retour en page d'accueil


Comment se conduire en ce monde

Première épître de Pierre

Traduit du grec : versets 2.11 à 2.25

11. Biens-aimés, je vous exhorte comme résidents de passage à l'étranger à vous abstenir des convoitises de la chair qui mènent un combat contre l'âme.

12. Ayez une belle conduite parmi les païens. Ainsi, même s'ils vous calomnient comme des malfaiteurs, à la vue de vos bonnes œuvres, ils glorifieront Dieu au jour de sa venue.

13. Soumettez-vous à toute institution humaine à cause du Seigneur, au roi en qualité de supérieur.

14. De même pour les gouverneurs qu'il a délégués pour punir les malfaiteurs et louer les gens de bien.

15. Car c'est la volonté de Dieu : en faisant le bien, vous réduisez au silence l'ignorance des hommes insensés.

16. En hommes libres, n'utilisez pas pour autant votre liberté pour voiler la méchanceté, mais pour servir Dieu.

17. Honorez tout le monde, aimez tous vos frères, craignez Dieu, honorez le roi.

18. Que les gens de maison soient pleinement soumis dans la crainte de leurs maîtres, ceux qui sont bons et doux comme envers les retors.

19. Car c'est une grâce, en considération pour Dieu, de supporter des peines en souffrant injustement.

20. Car quel mérite y a-t-il à endurer les coups si vous commettez des fautes ? Mais si vous agissez bien, et que vous endurez des souffrances, c'est une grâce aux yeux de Dieu.

21. En effet, c'est à cela que vous êtes appelés. Christ a souffert pour vous, et vous a montré l'exemple afin que vous suiviez Ses traces.

22. En Lui qui « n'a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il ne fut trouvé aucune tromperie. »

23. Lui qui, insulté, ne rendait pas l'insulte, ne menaçait pas dans Sa souffrance, mais s'en remettait à Celui qui juge en toute justice.

24. Lui qui a porté nos péchés sur le bois dans Son propre corps afin que, morts aux péchés, nous vivions pour la justice, car c'est « par Ses meurtrissures que vous êtes guéris. »

25. En effet, vous étiez « errants comme des brebis », mais désormais vous êtes revenus au berger qui veille sur vos âmes.

Première épître de Pierre

Traduit du grec : versets 3.1 à 3.22

1. De même pour les femmes, qu'elles soient soumises à leurs maris afin que, si certains d'entre eux refusent de croire à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes.

2. Ils seront spectateurs de votre conduite pure et respectueuse.

3. Qu'il ne s'agisse pas de l'apparence, par des cheveux tressés, des bracelets en or ou par le port de parures élégantes.

4. Mais exprimez plutôt ce qui est caché dans le cœur humain, dans l'incorruptibilité d'un esprit doux et paisible qui est d'un grand prix devant Dieu.

5. C'est ainsi, autrefois, que se paraient les saintes femmes, celles qui espéraient en Dieu, étant soumises à leurs maris.

6. Comme Sara qui obéit à Abraham, et l'appelait "seigneur". En faisant le bien et en ne vous laissant effrayer par rien, vous êtes devenues ses filles.

7. De même pour les maris, soyez compréhensifs dans votre vie commune, la femme est plus délicate, respectez-la. Comme elles doivent hériter avec vous la grâce de la vie, il faut que rien n'entrave vos prières.

8. Enfin, vivez tous en accord, compatissants, fraternels, miséricordieux, dans l'humilité.

9. Ne rendez pas le mal pour le mal, ou l'insulte pour l'insulte, mais bénissez, car vous avez été appelés pour cela, pour hériter la bénédiction.

10. En effet : « Quelqu'un aime-t-il la vie et veut-il voir des jours heureux ? Qu'il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses. »

11. « Qu'il évite le mal et fasse le bien, qu'il recherche et poursuive la paix ! »

12. Car « Les yeux du Seigneur sont sur les justes et Ses oreilles attentives à leurs supplications. Mais le Seigneur tourne Sa face contre les malfaisants. »

13. Qui vous fera du mal si vous montrez du zèle pour le bien ?

14. Toutefois, vous serez bienheureux si vous devez souffrir pour la justice. « Ne craignez pas ce qu'ils craignent, n'en soyez pas troublés ! »

15. Sanctifiez dans vos cœurs le Christ, votre Seigneur. Soyez toujours prêts à plaider face à quiconque vous demande raison de votre espérance.

16. Dans la douceur et le respect, avec une bonne conscience, là même où vous êtes calomniés, vous confondrez ceux qui décrient votre bonne conduite en Christ.

17. Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu’en faisant le mal.

18. Christ aussi a souffert pour les péchés, une fois pour toutes, Lui le juste pour des injustes, afin de vous amener à Dieu. Il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit.

19. Puis Il est aussi allé prêcher aux esprits en prison.

20. A ceux qui autrefois avaient refusé de croire, quand la patience de Dieu se prolongeait aux temps de Noé qui construisait l'arche dans laquelle bien peu de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées par l’eau.

21. C'est la préfiguration de celle qui vous sauve maintenant avec le baptême, non par la purification des souillures du corps, mais par l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu, par la résurrection de Jésus Christ.

22. Il est à la droite de Dieu depuis qu’Il est allé au ciel. Les anges, les autorités et les puissances Lui sont soumis.

Première épître de Pierre : 4.1 à 4.19 >>>