AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Le temps des moissons.

Evangile selon Jean (4.35 ~ Traduit du grec) :

« Voici, je vous le dis, levez vos yeux et regardez

les champs qui sont déjà blancs pour la moisson. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

3 Juin


Il y a un temps pour semer, un temps pour se reposer, un temps pour se nourrir, un temps pour récolter le fruit des semences ...

« Entre-temps, les disciples L'interpellèrent en disant :

"Rabbi, mange !"

Mais Il leur dit : "J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas." » (Jean 4.31-32)

Jésus était pressé. Il devait achever l'œuvre de Son Père :

« Ma nourriture, c'est faire la volonté de celui qui m’a envoyé et achever son œuvre. » (Jean 4.34)

Il est écrit :

« Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite. Il se reposa au septième jour de toute son œuvre. » (Genèse 2.2)

Comment Dieu peut-il à la fois se reposer et achever son œuvre si ce n'est par l'intermédiaire de Son Fils et de Ses disciples ?

Jésus savait que le temps lui était compté pour constituer l'armée des premiers disciples qui iraient prêcher l'Evangile après Son départ.

Beaucoup d'hommes et de femmes sont dans l'attente de la Bonne Nouvelle.

Mais combien sont-ils prêts à partir l'annoncer ?

« La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux. » (Matthieu 9.37)

Bien souvent, nous sommes tentés de taire notre identité chrétienne, ou de remettre au lendemain la Parole que nous aurions pu adresser à celui ou celle qui est peut-être prêt à entendre la Bonne Nouvelle : mais y aura t-il un lendemain ?

Quand les champs blanchissent, nous devons nous hâter d'aller y travailler.

Sinon, d'autres le feront à notre place, répandant des enseignements qui n'ont rien à voir avec celui du Christ.

« Gardez-vous des faux prophètes, lesquels viennent à vous en vêtements de brebis, mais ce sont des loups ravisseurs au dedans. » (Matthieu 7.15)

Le temps des moissons

Retour en page d'accueil


Le temps des moissons

Evangile selon Jean

Traduit du grec : versets 4.31 à 4.54

31. Entre-temps, les disciples L'interpellèrent en disant : Rabbi, mange !

32. Mais Il leur dit : J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.

33. Les disciples se dirent donc les uns aux autres : Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ?

34. Jésus leur dit : Ma nourriture, c'est faire la volonté de celui qui m’a envoyé et achever son œuvre.

35. Ne dites-vous pas : "Encore quatre mois, et la moisson viendra" ? Voici, je vous le dis, levez vos yeux et regardez les champs qui sont déjà blancs pour la moisson.

36. Le moissonneur reçoit un salaire et amasse du fruit pour la vie éternelle. Ainsi, celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.

37. Car il est vrai ce proverbe : "L'un sème et l'autre moissonne".

38. Moi, je vous ai envoyés moissonner où vous n’avez pas peiné. D’autres ont peiné, et vous êtes entrés dans leur labeur.

39. Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Lui à cause des paroles de la femme qui affirmait : Il m'a dit tout ce que j'ai fait.

40. C'est pourquoi, lorsque les Samaritains vinrent Lui demander de rester chez eux, Il y demeura deux jours.

41. Bien plus encore crurent en Sa parole.

42. Et ils dirent à la femme : Ce n'est plus à cause de ton récit que nous croyons, car nous l'avons entendu nous-mêmes et nous savons que c'est lui le sauveur du monde.

43. Après ces deux jours, Il partit pour la Galilée.

44. Car Jésus Lui-même attestait qu'un prophète n'est pas apprécié dans sa propre patrie.

45. Cependant, quand Il arriva en Galilée, les Galiléens L'accueillirent parce qu'ils avaien vu tout ce qu'Il avait fait à Jérusalem pendant la fête, puisqu'ils étaient eux-mêmes allés à la fête.

46. Il se rendit de nouveau à Cana de Galilée où Il avait fait du vin avec l'eau. Il y avait un officier royal dont le fils était malade à Capharnaüm.

47. Quand il apprit que Jésus était passé de Judée en Galilée, il vint Le trouver pour demander qu'Il descende guérir son fils qui était sur le point de mourir.

48. Jésus lui dit alors : Si vous ne voyez ni signes, ni prodiges, vous ne croirez jamais !

49. L'officier royal Lui répondit : Viens Seigneur, avant que mon enfant ne meure.

50. Jésus lui dit : Va, ton fils est en vie. L'homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il s'en alla.

51. Comme il descendait, ses serviteurs vinrent à sa rencontre pour lui dire que son fils vivait.

52. Alors il leur demanda à quelle heure il s'était porté mieux. Ils lui répondirent : C'est hier, à la septième heure que la fièvre l'a quitté.

53. Le père reconnut alors que c'était l'heure à laquelle Jésus lui avait dit : Ton fils est en vie. Il crut par lui-même ainsi que toute sa maison.

54. Ce fut le second signe que Jésus accomplit en allant de Judée en Galilée.

Jean 5.1 à 5.30 >>>