AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La résurrection.

Evangile selon Luc (20.37 ~ Traduit du grec) :

« Que les morts se réveillent, Moïse l'a aussi indiqué

devant le buisson quand il appelle le Seigneur :

le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac et Dieu de Jacob. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

19 Mai


La foi dans la résurrection se révèle progressivement dans le Premier (Ancien) Testament.

Le terme de résurrection est souvent assimilé à la notion de réveil.

La mort était ainsi conçue comme un sommeil dont les morts seraient appelés, tôt ou tard, à se réveiller.

Jésus en trouve la source au début du livre de l'Exode :

« Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu. » (Exode 3.6)

Jésus en conclut ... « Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants, car pour Lui tous sont vivants. » (Luc 20.38)

L'homme créé par Dieu n'a connu la mort que par sa désobéissance :

« L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2.16-17)

Le plan conçu par Dieu pour l'homme, c'était la vie ... et non la mort, l'Etre ... plutôt que le non-être.

Dieu s'est révélé à Moïse en disant « Je serai qui je serai » (Exode 3.14).

Le nom de Dieu, le tétragramme "JHVH", est une forme du verbe "être" qui peut se traduire par "Il sera" ou "Celui qui fait devenir", ce qui exprime à la fois un état et un mouvement dans l'existence : la vie en est une forme d'expression.

Dieu est vivant et « créa l'homme à son image » : vivant !

L'homme a perdu la vie éternelle par la désobéissance d'un seul homme.

Il la retrouve par l'obéissance d'un seul : Jésus Christ.

« Car comme par la désobéisance d'un seul homme une multitude de pécheurs s'est formée, c'est aussi de même que l'obéissance d'un seul formera une multitude de justes. » (Romains 5.19)

Les maladies, la vieillesse et la mort ont sanctionné le comportement d'un être qui est animé, depuis Adam, par une volonté orgueilleuse.

« Alors l’Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » (Genèse 6.3)

Des millénaires se sont écoulés, et les hommes se heurtent toujours à cette barrière.

Plusieur théories ont été avancées pour expliquer la vieillesse : la limitation du nombre des divisions cellulaires (ou limite d'Hayflick), la théorie génétique, l'action des radicaux libres, le déficit du système immunitaire ...

Ces théories paraissent avoir toutes un point en commun : leur déterminisme ou leur retentissement génétique qui semble faire partie de l'héritage des organismes complexes.

De nombreux scientifiques croient que ce sont avant tout les progrès de la génétique, avec le décryptage chromosomique pour localiser les gènes, les manipulations génétiques ou le contrôle de l'expression des gènes, qui apporteront, peut-être dans un avenir proche, les moyens d'une longévité accrue.

Mais la mort est une anomalie génétique instituée par le Créateur.

Seul Jésus permet d'en guérir en supprimant cette anomalie pour être, dans la vie éternelle, le Dieu des vivants.

Jésus Christ : la résurrection

Retour en page d'accueil


Preuves de la résurrection

Evangile selon Luc

Traduit du grec : versets 20.27 à 20.47

27. Quelques Sadducéens, de ceux qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, s’approchèrent et L'interrogèrent.

28. Ils dirent : Maître, Moïse nous a prescrit : « Si le frère de quelqu’un meurt, laissant une femme sans enfant, que son frère épouse la femme et suscite une descendance à son frère. »

29. Or, il y avait sept frères, et le premier, qui était marié, mourut sans avoir d'enfant.

30. Il en fut de même pour le second.

31. Le troisième l'épousa aussi, puis il en fut de même pour les sept qui moururent sans laisser d’enfant.

32. Finalement la femme mourut aussi.

33. A la résurrection, duquel d’entre eux deviendra-t-elle donc la femme ? Car les sept l’ont eue pour femme.

34. Jésus leur répondit : Les gens de ce monde prennent des femmes et des maris.

35. Mais ceux qui seront jugés dignes du monde à venir et de la résurrection d'entre les morts ne prendront ni femmes ni maris.

36. Ils ne peuvent plus mourir, parce qu’ils sont pareils aux anges, et qu’ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection.

37. Que les morts se réveillent, Moïse l'a aussi indiqué devant le buisson quand il appelle le Seigneur « le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac et Dieu de Jacob. »

38. Dieu n’est pas Dieu des morts, mais des vivants, car pour Lui tous sont vivants.

39. Quelques scribes dirent en réponse : Maître, tu as bien parlé.

40. Car ils n’osaient plus L'interroger sur rien.

41. Il leur dit encore : Comment peut-on dire que le Christ est fils de David ?

42. Car David lui-même dit dans le livre des Psaumes : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite !

43. Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis un escabeau sous tes pieds. »

44. David l'appelle donc Seigneur. Alors comment est-il son fils ?

45. Comme tout le peuple l'écoutait, Il dit à Ses disciples :

46. Gardez-vous des scribes, qui veulent se montrer en grandes robes et aiment les salutations sur les places publiques, les premiers sièges dans les synagogues, les premières places dans les dîners.

47. Ils dévorent les maisons des veuves et prient longuement en apparence. Ils seront plus lourdement condamnés.

Luc 21.1 à 21.19 >>>