AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Le sel de la terre.

Evangile selon Luc (14.34 ~ Traduit du grec) :

« Le sel est une bonne chose.

Mais si le sel perd son goût, avec quoi sera-t-il assaisonné ? »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

9 Mai


Dans l'Evangile, le "sel" symbolise la saveur que le disciple doit apporter au monde.

Matthieu 5.13 relate cette parole de Jésus :

« Vous êtes le sel de la terre. »

Le disciple doit apporter au monde une saveur, un goût pour la vie, un regard différent : la création d'une conscience nouvelle.

Dans le Premier (Ancien) Testament, le sel est un symbole d'alliance.

« Tu mettras du sel sur toutes tes offrandes ; tu ne laisseras point ton offrande manquer de sel, signe de l'alliance de ton Dieu ; sur toutes tes offrandes tu mettras du sel. » (Lévitique 2.13)

Il s'agissait de viande animale. Avec Jésus, il n'est plus question d'offrir des animaux en sacrifice. Mais le disciple qui s'offre à Dieu doit être "salé".

Le sel a de multiples vertus. Les anciens savaient qu'il conserve les aliments ... il peut donc symboliser la conservation de la foi.

Les anciens pouvaient constater qu'il est conducteur de chaleur : jeté sur les flammes du sacrifice, celles-ci étaient plus vives ... nous devons avoir une foi vivante qui se propage comme le feu.

Mais les anciens ignoraient que le sel dissout diffuse des ions, des électrolytes qui permettent la conduction de l'électricité.

Jésus veut que nous soyons des "conducteurs", des agents transmetteurs de Sa parole, de son onction.

Le terme de conduction ne concerne pas que la transmission de chaleur ou d'électricité, il concerne également le système nerveux avec l'influx nerveux qui se propage par un processus électrochimique.

La science moderne considère que cet influx nerveux est à l'origine de toute pensée ou action.

Laissons le sel semé par Jésus agir en nous ... c'est par lui que Son Esprit va créer une conduction qui nous incitera à aller de l'avant pour proclamer la nouvelle alliance entre Dieu et les hommes.

Le sel de la terre

Retour en page d'accueil


Le sel de la terre

Evangile selon Luc

Traduit du grec : versets 14.34 à 14.35

34. Le sel est une bonne chose. Mais si le sel perd son goût, avec quoi sera-t-il assaisonné ?

35. Il ne sera bon ni pour la terre, ni pour le fumier. On le jettera dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.

Luc 15.1 à 15.32 >>>