AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Publicain ou Pharisien ?

Evangile selon Luc (18.14 ~ Traduit du grec) :

« Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié,

plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé,

et celui qui s'abaisse sera élevé. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

14 Mai


Suis-je un pécheur honteux ou un juste certain d'être vertueux ?

D'un côté le publicain, collecteur d'impôts méprisé par les siens et qui se repent sincèrement :

« Le publicain, qui se tenait à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine en disant :

"O Dieu, prends pitié de moi, qui suis un pécheur." » (verset 13)

De l'autre, le Pharisien sûr de son bon droit :

« O Dieu, je te rends grâces, car je ne suis pas comme le reste des hommes, voleurs, injustes, adultères, ou bien comme ce publicain. » (verset 11)

La sentence de Jésus en faveur de celui qui s'humilie est une constante de Son enseignement, dans le prolongement du Premier (Ancien) Testament.

Dieu « se moque des moqueurs, Mais il fait grâce aux humbles ... » (Proverbes 3.34)

Ce principe est confirmé par ailleurs dans le Nouveau Testament en :

- Jacques 4.6 : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. »

- 1 Pierre 5.5 : « Et tous revêtez-vous d'humilité dans vos rapports réciproques car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. »

Le regard que nous portons sur nous-mêmes par rapport aux autres est une source d'égarements.

Ne croyons pas être meilleur que "l'autre" et, à l'inverse, n'essayons pas non plus d'être aussi brillant que celui que nous croyons meilleur et qui n'est peut-être qu'un brillant simulateur.

Efforçons-nous simplement d'être meilleurs que nous-mêmes, jour après jour, en suivant les directives que le Seigneur nous enseigne notamment par la Bible.

Jésus nous conduit sur le chemin de vérité qui mène à la vie éternelle en nous ouvrant les yeux ...

Le retour du Seigneur

Retour en page d'accueil


Le publicain et le Pharisien

Evangile selon Luc

Traduit du grec : versets 18.1 à 18.17

1. Il leur dit une parabole sur la nécessité de prier en tout temps sans se décourager.

2. Il dit : Il y avait un juge dans une ville qui n'avait ni crainte envers Dieu, ni respect pour les hommes.

3. Une veuve qui vivait dans cette ville venait lui dire : "Venge-moi de mon adversaire".

4. Il refusa pendant longtemps. Puis il se dit en lui-même :"Je ne crains ni Dieu, ni ne respecte les hommes."

5. "Mais parce que cette veuve me cause du tracas, je lui rendrai justice, pour qu'elle cesse enfin de m'importuner".

6. Le Seigneur ajouta : Ecoutez bien ce qu'a dit ce juge injuste.

7. Et Dieu ne vengerait pas ses élus qui patientent en l'implorant jour et nuit ?

8. Je vous dis qu'il leur fera justice bien vite. Mais quand viendra le Fils de l'homme, trouvera-t-il la foi sur terre ?

9. Il dit aussi cette parabole, pour certaines personnes persuadées d'être justes et méprisantes envers les autres :

10. Deux hommes montèrent au temple pour prier. Un Pharisien et un publicain.

11. Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : "O Dieu, je te rends grâces, car je ne suis pas comme le reste des hommes, voleurs, injustes, adultères, ou bien comme ce publicain."

12. "Je jeûne deux fois par semaine, je paie la dîme de tous mes revenus."

13. Par contre, le publicain, qui se tenait à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine en disant : "O Dieu, prends pitié de moi, qui suis un pécheur."

14. Je vous le dis, celui-ci retourna justifié dans sa maison, et non l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé.

15. On Lui présenta aussi des bébés pour qu'Il les touche. En voyant ceci, les disciples les rabrouèrent.

16. Mais Jésus les appela en disant : Laissez venir à moi les petits enfants et ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

17. A vrai dire, quiconque n'accueillera pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera pas.

Luc 18.18 à 18.43 >>>