AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La foule.

Evangile selon Marc (15.8 ~ Traduit du grec) :

« La foule qui était montée commença

à lui demander ce qu’il faisait d'ordinaire. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

5 avril


La foule se presse par centaines pour demander à Pilate de relâcher Barabbas plutôt que Jésus.

Où sont passés les malades qui avaient été guéris ?

Où sont les disciples, les milliers d'hommes et de femmes qui ont entendu l'enseignement de Jésus ?

Certains se cachent et se taisent ... d'autres ont peut-être rejoint cette foule vociférante :

« Ils crièrent de nouveau : Crucifie-le! » (Marc 15.13)

Ne ressemblent-ils pas à ceux qui se pressent contre les grilles d'un palais de justice en criant "à mort" contre un assassin présumé ?

Qui sont donc ceux qui crient ainsi vengeance ?


1972 : Devant le palais de justice de Troyes, la foule crie "à mort" au passage du fourgon qui conduit Buffet et Bontems.

Ces deux criminels ont égorgé une infirmière et un gardien de prison qu'ils avaient pris en otages dans la prison de Clairvaux.

Parmi ceux qui en appellent à la peine capitale figure un jeune homme : Patrick Henry.

Quatre ans plus tard, cet homme enlève un enfant de 8 ans, Patrick Bertrand, demande une rançon et le tue peu après.

Patrick Henry échappera à la peine capitale qu'il revendiquait pour les deux autres ...

A la même époque, Christian Ranucci n'y échappera pas ... alors qu'il clamait son innocence.

Que penser de la justice des hommes ?


Jésus était innocent ... peu importe, coupable ou innocent, la foule s'ennivre de calomnies, de rumeurs : l'homme est condamné à la peine de mort avant d'avoir été jugé !

Les mouvements de foule absorbent l'individu, ils neutralisent sa conscience fragile en lui ôtant toute lucidité, toute capacité de raisonnement et de pardon.

Alors, tout le monde suit et condamne ... et pourtant :

« Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! »

(Matthieu 5.7)

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


Jésus condamné et crucifié

Evangile selon Marc

Traduit du grec : versets 15.1 à 15.32

1. Réunis en conseil dès le matin, les grands-prêtres avec les anciens, les scribes et tout le Sanhédrin, après avoir lié Jésus, l'emmenèrent pour Le livrer à Pilate.

2. Alors Pilate L'interrogea : Es-tu le roi des Juifs ? Il lui répondit : Tu le dis.

3. Les grands-prêtres portaient de nombreuses accusations.

4. Pilate L'interrogea de nouveau et dit : Tu ne réponds rien ? Vois, tout ce dont ils t'accusent.

5. Jésus ne répondit plus rien, ce qui étonnait Pilate.

6. A chaque fête, il leur relâchait un prisonnier, celui qu'ils réclamaient.

7. Il y avait un nommé Barabbas, arrêté avec les émeutiers, pour un meurtre commis lors d'une sédition.

8. La foule qui était montée commença à lui demander ce qu’il faisait d'ordinaire.

9. Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous libère le roi des Juifs ?

10. Car il savait que les grands-prêtres L’avaient livré par jalousie.

11. Les grands-prêtres excitèrent la foule afin qu'il leur relâche plutôt Barabbas.

12. Pilate reprit la parole et leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?

13. Ils crièrent à nouveau : Crucifie-le !

14. Pilate leur dit : Qu'a-t-il donc fait de mal ? Ils crièrent vigoureusement : Crucifie-le !

15. Pilate voulait satisfaire la foule. Il leur relâcha Barabbas et livra Jésus pour qu'Il soit crucifié après L'avoir fait flageller.

16. Les soldats L'emmenèrent à l'intérieur de la cour, au prétoire. Ils assemblèrent toute la cohorte.

17. Ils Le revêtirent de pourpre et Lui mirent une couronne d'épines qu'ils avaient tressée.

18. Ils se mirent à Le saluer : Salut, roi des Juifs !

19. Ils lui frappaient la tête avec un roseau, Lui crachaient dessus et, s'agenouillant, se prosternaient devant Lui.

20. Après L'avoir humilié, ils Lui ôtèrent la pourpre, Lui remirent Ses vêtements, et L'emmenèrent dehors pour Le crucifier.

21. Pour porter Sa croix, ils réquisitionnèrent un passant venu de la campagne, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus.

22. Ils Le conduisirent au lieu-dit Golgotha, ce qui signifie lieu du Crâne.

23. Ils Lui donnèrent du vin mêlé de myrrhe. Il n'en prit pas.

24. Ils Le crucifièrent et se partagèrent Ses vêtements en tirant au sort : Qui prendrait quoi ?

25. Ils Le crucifièrent à la troisème heure.

26. L'inscription du motif de Sa condamnation avait été marquée : Le roi des Juifs.

27. Ils crucifièrent avec Lui deux brigands, un à Sa droite, l'autre à Sa gauche.

28. [passage n'apparaissant pas dans les manuscrits les plus anciens]

29. Les passants L'injuriaient, hochaient la tête, et disaient : Hé ! Le destructeur de sanctuaire qui doit le reconstruire en trois jours !

30. Sauve-toi toi-même en descendant de la croix !

31. Les grands-prêtres, de même, se moquaient de Lui entre eux avec les scribes. Ils disaient : Il en a sauvé d'autres, et ne peut se sauver lui-même !

32. S'il est le Christ, le roi d'Israël, qu'il descende maintenant de la croix, pour que nous voyions et croyions. Ceux qui étaient crucifiés avec Lui L'insultaient.

Marc 15.33 à 16.20 >>>