AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Le miracle des pains.

Evangile selon Marc (6.52 ~ Traduit du grec) :

« Et ils n’avaient rien compris à propos des pains,

parce que leur cœur s'était endurci. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

17 Mars


Un miracle demande t-il à être expliqué comme une parabole ?

Il semble que oui, puisque l'Evangile selon Marc mentionne l'incompréhension des disciples de Jésus consécutivement au miracle de la multiplication des pains.

On peut trouver pour ce miracle plusieurs pistes de réflexion :

1° Une préfiguration de la Cène car, avant de multiplier les pains qui permettront de nourrir 5.000 hommes, il est écrit :

« Prenant les cinq pains et les deux poissons, Il leva les yeux au ciel, prononça la bénédiction et rompit les pains. » (Marc 6.41)

2° Une annonce du sacrifice de Jésus qui dit de lui-même « Je suis le pain de la vie » et :

« le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » (Jean 6.33)

3° Un message à l'intention des douze tribus d'Israël :

« Ils mangèrent tous et furent rassasiés. Ils emportèrent les morceaux, remplissant douze corbeilles, et des poissons » (Marc 6.42-43)

4° Un symbole de la multiplication des disciples car quelques hommes iraient convertir le monde et se multiplier en partageant la nourriture spirituelle du "pain de vie".

La Bible n'est pas un texte fermé, hermétique, dont la lecture inspirée serait réservée à une élite.

En recourant à des messages symboliques, le Seigneur a voulu ancrer Sa parole en chacun de nous, par l'inconscient, car le symbolisme est un langage pour l'inconscient.

Ceci permet à ceux qui en font l'effort de puiser en eux-mêmes, dans un réservoir alimenté par l'Esprit Saint, afin de recevoir un enseignement personnel qui peut chaque jour diriger nos pas.

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


La multiplication des pains

Evangile selon Marc

Traduit du grec : versets 6.30 à 6.56

30. Les apôtres se réunirent autour de Jésus et Lui annoncèrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigné.

31. El Il leur dit : Venez à l'écart dans un lieu désert pour vous reposer un peu. Car beaucoup allaient et venaient, et ne trouvaient pas même un instant pour manger.

32. Il s'éloignèrent dans la barque vers un lieu désert, à l'écart.

33. Les gens les virent s'en aller et beaucoup les reconnurent. Ils accoururent ensemble de toutes les villes pour les précéder.

34. En débarquant, Il vit la foule nombreuse et fut profondément ému parce qu'ils étaient tous comme des brebis sans berger. Il commença à leur enseigner beaucoup de choses.

35. Il se faisait déjà tard. Les disciples s'approchèrent pour Lui dire que le lieu était désert et qu'il était tard.

36. Renvoie-les afin qu'ils se rendent dans les fermes et villages alentour afin de s'acheter de quoi manger.

37. Il leur répondit : Vous, donnnez-leur à manger ! Et ils lui dirent : Si nous y allons, achèterons-nous pour deux cents deniers de pains afin de leur donner à manger ?

38. Il leur dit : Combien de pains avez-vous ? Allez voir. Et, l'ayant vérifié, ils dirent : Cinq, et deux poissons.

39. Il leur ordonna de les faire tous asseoir, groupes après groupes, sur l'herbe verte.

40. Ils s'étendirent par rangs de cent et de cinquante.

41. Prenant les cinq pains et les deux poissons, Il leva les yeux au ciel, prononça la bénédiction et rompit les pains. Il les donna à Ses disciples pour qu'ils leur distribuent. Il partagea les deux poissons entre tous.

42. Ils mangèrent tous et furent rassasiés.

43. Ils emportèrent les morceaux, remplissant douze corbeilles, et des poissons.

44. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.

45. Aussitôt, Il obligea Ses disciples à monter dans la barque et à Le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïda, pendant qu'Il renverrait la foule.

46. Après les avoir congédiés, Il s’éloigna vers la montagne pour prier.

47. Le soir étant venu, la barque était au milieu de la mer, et Lui seul était à terre.

48. Voyant qu’ils avaient beaucoup de peine à ramer, car le vent leur était contraire, vers la quatrième veille de la nuit, Il alla vers eux, marchant sur la mer. Il voulait les dépasser.

49. Quand ils le virent marcher sur la mer, ils crurent que c’était un fantôme, et crièrent à haute voix.

50. Ils le virent tous et en furent troublés. Il leur parla aussitôt pour leur dire : Ayez confiance, c’est moi, ne craignez rien !

51. Puis Il monta près d'eux dans la barque et le vent s'apaisa. En eux-mêmes, ils étaient extrêmement stupéfaits.

52. Et ils n’avaient rien compris à propos des pains, parce que leur cœur s'était endurci.

53. Après la traversée, ils touchèrent terre à Gennésareth et abordèrent.

54. Comme ils sortaient de la barque, Il fut ausitôt reconnu.

55. Ils parcoururent tout le pays. On se mit à transporter sur des brancards les malades là où on entendait dire qu'Il était.

56. Là où Il allait, dans les villages ou dans les villes, dans les campagnes ou sur les places publiques, ils déposaient les malades et Le suppliaient afin qu'ils touchent au moins la frange de Son vêtement. Et tous ceux qui Le touchaient étaient sauvés.

Marc 7.1 à 7.23 >>>