AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La bonne semence.

Evangile selon Matthieu (13.30 ~ Traduit du grec) :

« Laissez croître les deux ensemble jusqu’à la moisson,

et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs :

Recueillez d’abord les ivraies, et liez-les en bottes

pour les brûler, mais rassemblez le blé dans mon grenier. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

30 Janvier


Dans cette parabole sur la "bonne semence" et "la mauvaise herbe", c'est-à-dire les ivraies, le Seigneur ordonne de laisser pousser l'une et l'autre.

Les mauvaises herbes continueront de croître, au risque d'étouffer une partie de la bonne semence, comme Jésus l'annonce dans la première parabole :

« D'autres tombèrent dans les épines, et les épines qui ont monté les ont étouffés. » (verset 7)

Mais qui sont ces "mauvaises herbes", ces ronces ou ces épines ?

Jésus nous dit qu'il s'agit de « l'inquiétude des temps et de la richesse trompeuse. » (verset 22)

Qui ne s'est jamais soucié du lendemain ?

Pour beaucoup, l'inquiétude les ronge avec cette crainte toujours présente de manquer de tel ou tel bien, de perdre telle ou telle richesse.

Ce sont là les fruits de la semence de l'ennemi.

Car, « la bonne semence, ce sont les fils du Royaume ; les ivraies, sont les fils du malin. L’ennemi qui les a semées, c’est le diable. » (Matthieu 13.38-39)

Les mauvaises herbes, comme les ronces et les épines, nous empoisonnent la vie au point de nous étouffer afin de dominer ce monde.

Peu en sont conscients.

Pour mieux comprendre cette parabole, il faut savoir ce qu'est "l'ivraie".

L'ivraie enivrante est une plante herbacée, une mauvaise herbe, redoutée principalement dans les champs de céréales.

Dans le texte grec initial de l'Évangile selon Matthieu, le terme employé pour qualifier "les ivraies" est "zizania", qui a donné "zizanie" en français, c'est-à-dire la division : mot à rapprocher du "diable" dont la racine d'origine grecque "dia" a aussi le sens de division.

Le nom scientifique issu du latin est "Lolium temulentum" et l'adjectif spécifique latin "temulentum" signifie "ivre".

Ceux qui sont séduits par l'ivraie (ou l'ivresse ?), poussent alors comme elle sans comprendre que celle-ci les contamine pour en faire des agents de trouble et de division au service de l'ennemi.

Cherchons autour de nous, cherchons en nous, quels sont les germes d'ivraies que nous pourrions bien identifier, cueillir et jeter au feu ... avant qu'ils ne nous consument !

Car Jésus nous met en garde : l'ivraie continuera de croître aux côtés de la bonne semence !

« Laissez croître les deux ensemble jusqu’à la moisson, et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs :

Recueillez d’abord les ivraies, et liez-les en bottes pour les brûler, mais rassemblez le blé dans mon grenier. » (verset 30)

Ainsi, cette parabole nous annonce les conditions dans lesquelles se dérouleront les temps de la fin.

Il faudra persévérer jusqu'au bout face à l'adversaire, aux côtés de ceux qu'il aura contaminés.

Il faudra tenir bon jusqu'à la première résurrection qui nous est annoncée en Apocalypse 20.5, au terme de toutes tribulations.

Toutefois, Jésus nous rassure :

« Vous serez affligés dans ce monde, mais soyez sans crainte, j'ai vaincu le monde ! » (Jean 16.33)

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


Les paraboles de Jésus

Evangile selon Matthieu

Traduit du grec : versets 13.1 à 13.30

1. Ce jour-là Jésus sortit de la maison et s'assit auprès de la mer.

2. De grandes foules s'assemblèrent près de Lui de sorte que, monté dans une barque, Il s'assit. Toute la foule se tenait sur le rivage.

3. Il leur parla beaucoup en paraboles. Il dit : Voici un semeur qui est sorti pour semer.

4. Pendant qu'il semait, des grains tombèrent au bord du chemin et les oiseaux sont venus les dévorer.

5. D'autres tombèrent sur la pierraille, là où il y avait peu de terre. Ils levèrent aussitôt parce que la terre était peu profonde.

6. Le soleil s'étant levé, ils furent brûlés et, en l'absence de racine, ils séchèrent.

7. D'autres tombèrent dans les épines, et les épines qui ont monté les ont étouffés.

8. D'autres tombèrent sur la terre, la bonne, et ont donné du fruit : l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.

9. Que celui qui a des oreilles, entende !

10. Les disciples s'approchèrent en Lui disant : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?

11. Il leur répondit : Parce qu'il vous est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux, mais cela ne leur est pas donné.

12. En effet à celui qui a, il lui sera donné et il sera dans l'abondance ; mais à celui qui n'a pas, même ce qu'il a lui sera enlevé.

13. C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'ils regardent sans regarder et entendent sans entendre ni comprendre.

14. Ainsi s'accomplit pour eux la prophétie d'Esaïe qui disait : « Vous aurez beau entendre, mais vous ne pourrez pas comprendre ; vous aurez beau regarder, mais vous ne pourrez pas voir.

15. Le cœur de ce peuple s'est endurci. Ils entendent avec difficulté, ils ont bouché leurs yeux, de peur de voir de leurs yeux, d'entendre avec leurs oreilles. Qu'ils comprennent avec leur cœur et se convertissent, et je les guérirai ! »

16. Bienheureux sont vos yeux, car ils regardent, comme vos oreilles, car elles entendent.

17. A vrai dire, de nombreux prophètes et justes ont désiré voir ce que vous regardez et ne l'ont pas vu, ou entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.

18. Vous, donc, écoutez la parabole du semeur.

19. Pour celui qui écoute la parole du Royaume et ne la comprend pas, le Mauvais arrive et ravit dans son cœur ce qui a été semé : c'est lui qui est ensemencé au bord du chemin.

20. Celui qui a reçu la semence sur les pierrailles est celui qui, entendant la parole, la reçoit aussitôt avec joie.

21. N'ayant pas de racine en lui-même, cela sera de courte durée. Quand vient l'affliction ou la persécution à cause de la parole, il tombe aussitôt.

22. Celui qui reçoit la semence dans les épines a entendu la parole mais l'inquiétude des temps et la richesse trompeuse étouffent la parole et lui ôtent son fruit.

23. Mais celui qui est ensemencé dans la bonne terre écoute et comprend la parole. C'est lui, certes, qui porte du fruit : l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.

24. Il leur proposa une autre parabole et dit : Le Royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.

25. Pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema des ivraies parmi le blé, puis s’éloigna.

26. Quand l’herbe germa, elle donna du fruit. Alors parurent aussi les ivraies.

27. Les serviteurs du maître de la maison s'approchèrent pour lui dire : "Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? Comment donc sont venues des ivraies ?"

28. Il leur déclara : "C’est un ennemi qui a fait cela." Les serviteurs lui dirent : "Veux-tu donc que nous allions les cueillir ?"

29. Il répondit : "Non, de peur qu’en recueillant les ivraies, vous ne déraciniez en même temps le blé."

30. Laissez croître les deux ensemble jusqu’à la moisson, et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : "Recueillez d’abord les ivraies, et liez-les en bottes pour les brûler, mais rassemblez le blé dans mon grenier."

Matthieu 13.31 à 13.58 >>>