AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La femme cananéenne.

Evangile selon Matthieu (15.24 ~ Traduit du grec) :

« Il répondit : Je n'ai été envoyé

que pour les brebis perdues de la maison d'Israël. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

5 Février


Cette phrase de Jésus et son attitude à l'égard d'une femme cananéenne, une païenne, qui sollicite une guérison pour sa fille peut surprendre : Il la repousse ... avant de l'exaucer.

Dans un premier temps, la promesse du Royaume des cieux a été réservée au peuple d'Israël, premier peuple monothéiste assiégé par un monde idolâtre sous l'emprise de Satan.

Cette femme cananéenne était issue d'un milieu de païens, communément assimilés à des "chiens".

Il faut se rappeler que, selon la Bible, Canaan descendait de Cham, le fils que Noé avait maudit (Genèse 9.25), promettant l'esclavage à sa descendance et la domination des héritiers de Sem sur Canaan.

Jésus a commencé Son ministère en prêchant pour le peuple élu du Premier (Ancien) Testament.

Il fallait offrir à celui-ci la possibilité de se tourner en premier vers Son Dieu.

Mais une fois de plus, dans le prolongement de ses nombreuses infidélités soulignées dans le Premier Testament, le peuple d'Israël s'est éloigné de Son Dieu en ne Le reconnaissant pas dans l'incarnation du Messie.

Et lorsque Jésus dit à cette femme : « Il n’est pas bon de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens » ... Il se réjouit d'entendre celle-ci répondre :

« Oui, Seigneur, aussi les petits chiens mangent-ils les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » (versets 26 & 27)

Cette réponse de la femme cananéene reconnaît implicitement sa soumission au regard du peuple d'Israël, héritier de Sem.

Seulement voilà, le peuple de Dieu a négligé le salut qui lui était offert par Jésus.

Ni les miettes, ni le pain n'ont été accueillis comme il se devrait.

Une page de l'histoire s'est tournée ... et le Messie s'en est allé pour partager le pain de vie, symbole de son corps, entre les milliers d'hommes et de femmes prêts à le recevoir dans ce monde.

Ne sommes-nous pas ainsi, nous aussi, des petits chiens, héritiers d'anciens païens, qui récupèrent les miettes abandonnées par ceux qui ont dédaigné le pain de vie ?

Chaque dimanche, lorsque les miettes de pain nous sont proposées pendant la commémoration de la Cène, ne les refusons pas.

C'est un honneur, c'est une grâce qu'elles nous soient offertes en mémoire de Christ.

Rendons grâce pour tout ce qu'Il a fait pour nous sauver !

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


Jésus et la femme cananéenne

Evangile selon Matthieu

Traduit du grec : versets 15.21 à 15.39

21. Partant de là, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon.

22. Originaire de ces régions, une femme cananéenne, vint en criant : Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est cruellement possédée du démon.

23. Il ne lui répondit pas un mot. Les disciples s’approchèrent, ils L'interpellèrent pour Lui dire : Renvoie-la, car elle crie derrière nous.

24. Il répondit : Je n’ai été envoyé que pour les brebis perdues de la maison d’Israël.

25. Elle vint se prosterner devant Lui en disant : Seigneur, secours-moi !

26. Il répondit : Il n’est pas bon de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens.

27. Elle dit : Oui, Seigneur, aussi les petits chiens mangent-ils les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.

28. Alors Jésus lui répondit : Femme, ta foi est grande. Qu’il en soit pour toi comme tu le veux. Et Il guérit sa fille à l’heure même.

29. Jésus se retira de là et se rendit au bord de la mer de Galilée. Il alla s'asseoir en montagne.

30. De nombreuses foules s'approchèrent de Lui. Parmi elles des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets et bien d'autres encore. On les conduisit à Ses pieds et Il les guérit.

31. Ainsi la foule admirative regardait les muets parler, les estropiés valides, les boiteux qui marchaient et les aveugles qui voyaient. Et ils glorifiaient le Dieu d'Israël.

32. Jésus appela Ses disciples et leur dit : Je suis ému de compassion envers cette foule car cela fait déjà trois jours qu'ils restent près de moi et ils n'ont pas de quoi manger. Je ne veux pas les congédier à jeun de peur qu'ils ne défaillent en chemin.

33. Les disciples Lui dirent : D'où nous viendra-t-il dans un désert assez de pains pour rassasier une telle foule ?

34. Jésus leur dit : Combien de pains avez-vous ? Ceux-ci dirent : Sept et quelques petits poissons.

35. Il ordonna à la foule de s'asseoir sur la terre.

36. Il prit les sept pains et les poissons. Il rendit grâces, les rompit et les donna aux disciples, puis les disciples aux foules.

37. Ils mangèrent tous et furent rassasiés. Ils enlevèrent le surplus des morceaux : sept paniers pleins.

38. Quatre mille hommes mangèrent, sans compter les femmes et les enfants.

39. Après avoir congédié les foules, Il monta dans la barque pour se rendre dans les terres de Magadan.

Matthieu 16.1 à 16.28 >>>