AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Le tribut à César.

Evangile selon Matthieu (22.21 ~ Traduit du grec) :

« Rendez donc à César ce qui est à César,

et à Dieu ce qui est à Dieu. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

17 Février


Ce qui est à César, ce qui appartient au monde, il n'est pas difficile de l'identifier car nous le cotoyons chaque jour dans le monde profane.

Mais ce qui est à Dieu ? Ce qui appartient au monde "sacré" ?

L'apôtre Paul écrivait :

« Rendez à chacun son dû : l'impôt à qui de droit, la taxe de même, la crainte à qui doit être craint, l'honneur à Celui qui doit être honoré. » (Romains 13.7)

La crainte et l'honneur sont pour notre Dieu ... et non pour les autorités profanes.

Ces dernières sont à l'image des biens de ce monde : éphémères.

Ces biens, nous devrons les quitter, les perdre un jour : alors à quoi bon tant d'attachement ?

Nous sommes entrés nus dans la vie, préparons-nous à partir totalement dépouillés.

Commençons dès à présent à rendre à Dieu ce qui Lui revient.

Et ce qui Lui revient, c'est ce qui vient de Lui, c'est ce qui est aussi éternel que Son amour.

Aussi, notre "crainte" ne doit pas nous paralyser mais nous stimuler.

Entraînons-nous pour l'éternité comme Paul :

« Je m'élance vers le but en vue du prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. » (Philippiens 3.14)

Nos chants de louanges ne sont qu'une répétition pour honorer Sa gloire ...

Notre adoration ... une préparation ...

Notre amour ... un simple reflet de Son infinie lumière ...

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


Le tribut à César

Evangile selon Matthieu

Traduit du grec : versets 22.15 à 22.33

15. Alors les Pharisiens allèrent se consulter : comment Le piéger par Ses propres paroles ?

16. Ils Lui envoyèrent leurs disciples avec les Hérodiens, qui dirent : Maître, nous savons que tu es vrai, et tu exprimes vraiment la voie de Dieu, sans te soucier de personne, car tu ne regardes pas l’apparence humaine.

17. Dis-nous donc ce que tu en penses : Est-il permis, ou non, de payer l'impôt à César ?

18. Jésus connaissait leur méchanceté, et Il dit : Pourquoi me tentez-vous, hypocrites ?

19. Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie l'impôt. Ils Lui présentèrent un denier.

20. Il leur dit : De qui sont cette effigie et cette inscription ?

21. Ils Lui dirent : De César. Alors Il leur dit : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

22. Etonnés de ce qu’ils entendaient, ils Le laissèrent et s’éloignèrent.

23. Ce même jour, des Sadducéens se présentèrent devant Lui. Ils disent que la résurrection n'existe pas. Ils L'interrogèrent :

24. Maître, Moïse a dit : « Si quelqu'un meurt sans enfant, son frère épousera sa femme pour lui donner une descendance. »

25. Il y avait sept frères chez nous, et le premier, qui était marié, mourut. N'ayant pas de descendance, il laissa sa femme à son frère.

26. Il en fut de même pour le deuxième, puis le troisième jusqu'au septième.

27. Après eux, la femme mourut.

28. Lors de la résurrection, duquel des sept sera-t-elle la femme puisque tous l'ont épousée ?

29. Jésus leur répondit : Vous vous égarez par ignorance des écritures et de la puissance de Dieu.

30. En effet, lors de la résurrection, il n'y aura ni époux, ni épouse, car tous seront comme des anges dans le ciel.

31. Concernant la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit :

32. « Moi, Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob » ? Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants !

33. Les foules qui L'écoutaient étaient stupéfaites par Son enseignement.

Matthieu 22.34 à 22.40 >>>