AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Pourquoi m'as-tu abandonné ?

Evangile selon Matthieu (27.46 ~ Traduit du grec) :

« Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria

d'une voix forte : Eli, Eli, léma sabachthani ? C’est-à-dire :

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

3 Mars


Jésus appelle ... pourquoi ?

Connaît-il alors la détresse, un sentiment d'abandon ?

Où s'agit-il d'accomplir les Ecritures en proclamant la réalisation d'un Psaume de David (22.2) ?

Traqué par ses adversaires, David s'est interrogé tout comme de nombreux êtres humains confrontés à l'adversité :

"Où es-tu Seigneur, que fais-tu ?"

Dieu s'est fait homme pour vivre nos souffrances et nous offrir le moyen d'y répondre.

Il a vécu le drame humain jusqu'au bout, avec ses pleurs, de la compassion, une foi incomparable ... et puis le doute ?

Pourquoi ne faudrait-il jamais douter ?

Jésus, dans sa dimension humaine, ne devait-il pas affronter toutes les tentations ?

Et si le doute permet ensuite de se ressaisir pour mieux affronter les épreuves ... pourquoi pas ?

Crucifié un vendredi, Jésus allait ressusciter le dimanche.

Il nous prouvait ainsi que la détresse d'un vendredi peut-être suivie d'une renaissance le dimanche ...

Le VENDREDI 2 avril 2004, plongé dans l'incompréhension et seul face à mes doutes, je criais à Dieu au sommet d'une montagne :

"Pourquoi sommes-nous sur Terre ? Quel est le sens de la vie ?"

Une demi-heure plus tard, une voix intérieure me répondit :

"Nous sommes là pour avoir le sentiment du Beau, de l'Honnête et du Juste."

J'ai passé la journée du samedi à méditer cette parole, prenant conscience que je n'étais, dans ma vie de tous les jours, ni beau, ni honnête, ni juste.

Il me semblait impossible d'atteindre cette absolue perfection.

Mais qu'est-ce qui m'empêchait de "tendre vers" ce qui est beau, honnête et juste ?

Le DIMANCHE 4 avril 2004, je décidais de commencer à changer de direction : on appelle cela une conversion ... afin de pouvoir naître de nouveau :

« Oui, à vrai dire, nul s'il n'est engendré d’eau et d’Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. » (Jean 3.5)

Le 04/04/04 ... un jour inoubliable ...

Le vendredi, Jésus est mort pour nous.

Dimanche, Il était ressuscité, nous offrant par Son sacrifice une vie nouvelle pour l'éternité ...

Le Saint-Esprit descendit comme une colombe ...

Retour en page d'accueil


La mort de Jésus

Evangile selon Matthieu

Traduit du grec : versets 27.27 à 27.66

27. Ensuite les soldats du gouverneur conduisirent Jésus dans le prétoire et rassemblèrent autour de Lui toute la cohorte.

28. Ils le dévêtirent et Lui mirent un manteau écarlate.

29. Ils tressèrent une couronne d’épines qu’ils mirent sur Sa tête, et un roseau dans Sa main droite. Puis ils s’agenouillèrent devant Lui et se moquèrent de Lui en disant : Salut, roi des Juifs !

30. Ils Lui crachèrent dessus, prirent le roseau et frappèrent sur Sa tête.

31. Après s’être moqués de Lui, ils Lui ôtèrent le manteau, Lui remirent Ses vêtements, et L’emmenèrent pour Le crucifier.

32. En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène nommé Simon. Ils le requirent pour porter Sa croix.

33. Ils arrivèrent au lieu-dit Golgotha, ce qui signifie lieu du Crâne.

34. Ils Lui donnèrent du vin à boire mêlé de fiel. Il le goûta et ne voulut pas boire.

35. Après L’avoir crucifié, ils se partagèrent Ses vêtements en tirant au sort.

36. Une fois assis, ils Le gardèrent.

37. Ils placèrent au-dessus de Sa tête le motif de Sa condamnation en écrivant : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs.

38. Deux brigands furent crucifiés avec Lui, l’un à Sa droite, l’autre à Sa gauche.

39. Les passants L’injuriaient en hochant la tête.

40. Ils disaient : Toi qui détruis le temple et le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-même si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix !

41. Les grands-prêtres, avec les scribes et les anciens, se moquaient de même en disant :

42. Il en a sauvé d'autres, et il ne peut se sauver lui-même ! Il est roi d’Israël ? Qu’il descende de la croix et nous croirons en lui.

43. Il a mis sa confiance en Dieu, qu'Il le délivre maintenant s’Il le veut. Car il a dit : "Je suis Fils de Dieu."

44. Les brigands crucifiés avec Lui l’insultaient aussi.

45. De la sixième heure jusqu’à la neuvième, des ténèbres couvrirent toute la terre.

46. Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d'une voix forte : « Eli, Eli, léma sabachthani ? » C’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

47. Certains qui se tenaient là l’entendirent et ils dirent : Il appelle Elie.

48. Et aussitôt, l’un d’entre eux courut prendre une éponge qu’il remplit de vinaigre. Il la fixa à un roseau et il Lui donna à boire.

49. Les autres dirent : Laisse, voyons si Elie vient le sauver.

50. Mais Jésus cria de nouveau d'une voix forte et rendit l’esprit.

51. Alors, le rideau du sanctuaire se déchira en deux, de haut en bas. La terre trembla et les roches se fendirent.

52. Les tombeaux s’ouvrirent, et de nombreux corps de saints endormis se relevèrent.

53. Sortis des tombeaux après Sa résurrection, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à beaucoup de gens.

54. Le centurion, et ceux qui gardaient Jésus avec lui, voyant le séisme et ce qui venait d’arriver, furent très effrayés. Ils disaient : Vraiment, cet homme était Fils de Dieu.

55. De nombreuses femmes étaient là qui observaient de loin, celles qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée et Le servaient.

56. Parmi elles, Marie la Magdalène, ainsi que Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

57. Le soir venu, un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, arriva. Lui aussi était devenu disciple de Jésus.

58. Il se présenta à Pilate pour demander le corps de Jésus. Et Pilate ordonna de Le remettre.

59. Joseph prit le corps et l’enveloppa dans un linceul propre.

60. Il le plaça dans un tombeau neuf, celui qu’il s’était fait tailler dans le roc. Après avoir roulé une grande pierre à l’entrée du tombeau, il s’éloigna.

61. Marie la Magdalène et l’autre Marie étaient là, assises devant la tombe.

62. Le lendemain, jour suivant la Préparation, les grands-prêtres et les Pharisiens se rassemblèrent chez Pilate.

63. Ils dirent : Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, quand il était encore vivant : "Après trois jours, je me relèverai."

64. Ordonne donc que la tombe soit sérieusement surveillée jusqu’au troisième jour, afin que ses disciples ne viennent pas voler le corps pour dire au peuple : "Il est réveillé des morts." Cette dernière imposture serait pire que la première.

65. Pilate leur déclara : Vous avez une garde. Allez le surveiller comme vous l’entendez.

66. Ils s’en allèrent, sécurisèrent la tombe en scellant la pierre, et laissèrent la garde.

Matthieu 28.1 à 28.20 >>>