AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Purs et impurs


« Des quadrupèdes purs ; de ceux qui ne le sont point ;

des oiseaux, et de tout ce qui rampe sur le sol. »

(Genèse 7.8 ~ Traduction du Rabbinat)

L'enlèvement


« De tout animal pur qui sera pur pour Israël.

D’où nous apprenons que Noa‘h a étudié la Tora. »

Ce commentaire du rabbin Rachi qui vécut au XIè siècle peut paraître bien surprenant.

Il va en effet à l'encontre des conceptions courantes selon lesquelles la Torah (ou Pentateuque) aurait été révélée à partir de Moïse.

D'après la tradition juive, les cinq premiers livres de la Bible furent révélés à Moïse par Dieu, dont une partie sur le mont Sinaï.

Diverses opinions ont cours dans la littérature rabbinique quant au moment où la Torah fut révélée dans sa totalité :

- pour certains, elle fut donnée d'un bloc sur le mont Sinaï,

- d'autres pensent que la Torah fut révélée pour partie sur le Sinaï et que le reste serait venu ensuite jusqu'à la mort de Moïse,

- enfin une autre école de pensée considère que la Torah, bien qu'ayant été écrite par Moïse dans sa quasi-totalité, fut complétée après sa mort par Josué.

Mais tout ceci ne permet pas d'envisager que Noé ait pu en avoir connaissance ... avant qu'elle soit révélée à Moïse.

Comment d'ailleurs comprendre que ce verset de la Genèse distingue les animaux purs des animaux impurs ... alors que ceci fut dicté ultérieurement à Moïse.

Il s'agit de toute évidence d'une adjonction au texte initial qui introduit au chapitre 7 de la Genèse un principe de la Loi mosaïque alors que celle-ci n'existait pas encore.

Le Judaïsme non orthodoxe accepte la critique biblique en soulignant que, si la Torah n'a pas été écrite dans sa totalité par Moïse, elle est néanmoins d'origine divine, les scribes ayant été inspirés par Dieu.

De ce fait, les adjonctions comme celle-ci doivent être considérées comme inspirées par Dieu même si elles altèrent le texte initial.

On ne peut passer sous silence le fait que les recherches relatives à la composition des textes bibliques, dont la Genèse, permettent de considérer que ce que nous en connaissons actuellement provient de différentes sources orales, puis écrites.

Le fait que la trame de base soit attribuée à Moïse ne doit pas éluder le fait que les scribes ont pu apporter par la suite de multiples corrections.

Ceci ne facilite pas l'approche historique.

Mais cela n'ôte rien à la portée du texte biblique car, comme l'écrivait l'apôtre Paul :

« Toute Ecriture inspirée de Dieu est utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice ... » (2Timothée 3.16)

Dans l'Arche de Noé, tous les animaux ont trouvé place, qu'ils soient considérés comme purs ou impurs aux yeux de la Loi de Moïse.

Car en fait, aux yeux du Dieu créateur de toutes les espèces, une telle distinction qui a pu trouver sa place dans l'esprit religieux du Judaïsme, est devenue caduque par la suite.

C'est pourquoi Pierre en eut la révélation dans une vision :

« Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé. » (Actes 10.15)

Pour le chrétien, il n'y a plus d'animaux purs ou impurs ... car il n'y en avait pas lorsque Dieu les a créés.

Tout ce qu'il a fait était pur et ... très bon !

« Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.

Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. » (Genèse 1.30-31)

< < < Retour au sommaire < < < 59-GEN 7.8 > > > Le jour du Déluge > > >


Traduction du Rabbinat : 7.1 à 7.24

Parashat Noa'h

L'Éternel dit à Noé : "Entre, toi et toute ta famille, dans l'arche ; car c'est toi que j'ai reconnu honnête parmi cette génération. De tout quadrupède pur, tu prendras sept couples, le mâle et sa femelle ; et des quadrupèdes non purs, deux, le mâle et sa femelle. De même, des oiseaux du ciel, respectivement sept, mâles et femelles, pour perpétuer les espèces sur toute la face de la terre. Car encore sept jours, et je ferai pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits ; et j'effacerai de la surface du sol tous les êtres que j'ai créés."

Noé se conforma à tout ce que lui avait ordonné l'Éternel. Or, il était âgé de six cents ans lorsque arriva le Déluge, ces eaux qui couvrirent la terre. Noé entra avec ses fils, sa femme, et les épouses de ses fils dans l'arche, pour se garantir des eaux du Déluge. Des quadrupèdes purs ; de ceux qui ne le sont point ; des oiseaux, et de tout ce qui rampe sur le sol, deux à deux ils vinrent vers Noé dans l'arche, mâles et femelles, ainsi que Dieu l'avait prescrit à Noé.

Au bout des sept jours, les eaux du Déluge étaient sur la terre. Dans l'année six cent de la vie de Noé, le deuxième mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour jaillirent toutes les sources de l'immense Abîme, et les cataractes du ciel s'ouvrirent. La pluie tomba sur la terre, quarante jours et quarante nuits. Ce jour-là même étaient entrés dans l'arche : Noé, Sem, Cham et Japhet, fils de Noé, et avec eux la femme de Noé et les trois femmes de ses fils ; eux, et toute bête fauve selon son espèce, et tout le bétail selon son espèce, et tout animal rampant sur la terre selon son espèce, et tout volatile selon son espèce: tout oiseau, tout être ailé. Ils vinrent vers Noé, dans l'arche, deux à deux, de toutes les espèces douées du souffle de vie. Ceux qui entrèrent furent le mâle et la femelle de chaque espèce, comme Dieu l'avait commandé. Alors l'Éternel ferma sur Noé la porte de l'arche.

Le Déluge ayant duré quarante jours sur la terre, les eaux, devenues grosses, soulevèrent l'arche, qui se trouva au-dessus de la terre. Les eaux augmentèrent et grossirent considérablement sur la terre, de sorte que l'arche flotta à la surface des eaux. Puis les eaux redoublèrent d'intensité sur la terre et les plus hautes montagnes qui sont sous le ciel furent submergées. De quinze coudées plus haut les eaux s'étaient élevées ; et les montagnes avaient disparu.

Alors périt toute créature se mouvant sur la terre : oiseaux, bétail, bêtes sauvages, tous les êtres pullulant sur la terre, et toute l'espèce humaine. Tout ce qui était animé du souffle de la vie, tout ce qui peuplait le sol, expira. Dieu effaça toutes les créatures qui étaient sur la face de la terre, depuis l'homme jusqu'à la brute, jusqu'au reptile, jusqu'à l'oiseau du ciel et ils furent effacés de la terre. Il ne resta que Noé et ce qui était avec lui dans l'arche. La crue des eaux sur la terre dura cent cinquante jours.