AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST



Le souffle de Dieu

« Le souffle d'Elohîms planait sur les faces des eaux. »

(Genèse 1.2 ~ Traduction André Chouraqui)

Abîme

" Rouah Elohim " ... le souffle de Dieu, est-ce un doux murmure ou un grondement ?

La Bible de Jérusalem utilise le terme de " vent " pour traduire " rouah ".

Mais il est plus courant de lire " l'Esprit de Dieu " (traductions Segond, Sefarim, T.O.B. ou version du Semeur).

Le terme grec " pneuma " utilisé dans la traduction des Septante désigne à la fois le souffle et l'esprit.

Que ce soit l'un ou l'autre, ou les deux, quel contraste avec le passage précédent qui décrivait « la ténèbre sur les faces de l'abîme », vision de cauchemar et de mort !

N'est-ce pas ce souffle de Dieu qui va susciter la vie ?

... ce " souffle de vie " que Dieu décide ensuite d'anéantir en Genèse 6.17 : « Je vais faire venir le déluge d’eaux sur la terre, pour détruire toute chair ayant souffle (rouah) de vie sous le ciel. » (Traduction Segond)

Puis Dieu se ravise :

« Ils entrèrent dans l’arche auprès de Noé, deux à deux, de toute chair ayant souffle (rouah) de vie. » (Genèse 7.15)

Dans son commentaire du second verset de la Torah, le rabbin Rachi écrivait au XIè siècle :

" Le trône de la majesté divine se tenait dans les airs et planait à la surface des eaux grâce au souffle de la bouche du Saint béni soit-Il et par Sa parole, comme une colombe qui plane sur son nid. "

Précédemment (Les cieux et la terre), nous avons souligné que, dans la mystique juive, la création est souvent comparée à un accouchement.

Avec Rachi, la " couvade " de la colombe qui veille sur son nid suit l'accouchement.

Cette approche médiévale peut surprendre ... mais elle ne manquait pas d'intuition.

En effet, n'est-ce pas dans les eaux que la vie est apparue en premier ?

Certes, la Bible ne mentionne rien de tel explicitement puisque la première mention de vie végétale concerne la terre et non les eaux en Genèse 1.11 :

« Que la terre produise de la verdure ... »

Mais la présence du " souffle de vie " du Créateur sur les faces des eaux dès le second verset n'est pas anodine.

Elle manifeste Son intention d'implanter la vie ultérieurement dans le milieu aqueux en priorité !

L'alliance de l'eau et de l'Esprit (ou du souffle de vie) est créatrice ... de nouvelles créatures.

N'est-ce pas là une préfiguration de la nouvelle naissance annoncée par Jésus en Jean 3.5 par le baptême d'eau et le baptême dans le Saint-Esprit ?

« En vérité, en vérité, je te le dis : nul s'il ne naît d'eau et d'Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. »

N'est-ce-pas le souffle de Dieu qui plane sur les eaux du baptême afin d'accompagner le baptisé sur le chemin de la vie éternelle ?

Les "eaux" du premier jour de la Genèse ne sont qu'un magma informe en gestation.

Dès les premiers temps de la Création, le souffle de Dieu plane sur cet univers embryonnaire qui ne connaît pas encore la lumière.

Sans lumière, pas de photosynthèse, pas de végétation, pas de formes de vie développées :

Dieu allait y remédier !

< < < Retour au sommaire < < < 7-GEN 1.2 > > > Que la lumière soit ! > > >


LA CREATION DE L'UNIVERS

Version du Semeur : 1.1 à 2.3
Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était alors informe et vide. Les ténèbres couvraient l'abîme, et l'Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Et Dieu dit alors : - Que la lumière soit ! Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres. Il appela la lumière : « jour » et les ténèbres : « nuit ». Il y eut un soir, puis un matin. Ce fut le premier jour.

Et Dieu dit : - Qu'il y ait une étendue entre les eaux pour les séparer. Dieu fit l'étendue. Il sépara les eaux d'en-dessous de l'étendue des eaux d'au-dessus. Et ce fut ainsi. Dieu appela cette étendue : « ciel ». Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le deuxième jour.

Et Dieu dit : - Je veux que les eaux d'au-dessous du ciel se rassemblent en un seul endroit afin que la terre ferme paraisse. Et ce fut ainsi. Dieu appela « terre » la terre ferme, et « mer » l'amas des eaux. Et Dieu vit que c'était bon. Et Dieu dit : - Que la terre se recouvre de verdure, d'herbe portant sa semence, et d'arbres fruitiers produisant du fruit selon leur sorte, portant chacun sa semence, partout sur la terre. Et ce fut ainsi. La terre fit germer de la verdure, de l'herbe portant sa semence selon sa sorte et des arbres produisant du fruit selon leur sorte, portant chacun sa semence. Dieu vit que c'était bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le troisième jour.

Et Dieu dit : - Que, dans l'étendue du ciel, il y ait des luminaires pour que l'on distingue le jour de la nuit, et pour marquer les saisons, les jours et les ans. Que, dans l'étendue du ciel, ils servent de luminaires pour illuminer la terre. Et ce fut ainsi. Dieu fit deux grands luminaires, le plus grand des deux afin qu'il préside au jour, et le plus petit pour présider à la nuit. Il fit aussi les étoiles. Et il les plaça dans l'étendue du ciel afin d'illuminer la terre, de présider au jour ainsi qu'à la nuit, et de séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que c'était bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le quatrième jour.

Et Dieu dit : - Que les eaux foisonnent d'une multitude d'animaux vivants, et que des oiseaux volent dans le ciel, au-dessus de la terre ! Alors Dieu créa les grands animaux marins et tous les êtres vivants qui se meuvent et foisonnent dans les eaux, selon leur sorte, et tous les oiseaux ailés selon leur sorte. Et Dieu vit que c'était bon. Et il les bénit, en ces termes : - Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez les eaux des mers, et que les oiseaux aussi se multiplient sur la terre. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le cinquième jour.

Et Dieu dit : - Que la terre produise des êtres vivants selon leur sorte, des bestiaux, des reptiles et des insectes, et des animaux sauvages selon leur sorte. Et ce fut ainsi. Dieu fit les animaux sauvages selon leur sorte, il fit les bestiaux selon leur sorte, les reptiles et les insectes selon leur sorte. Et Dieu vit que c'était bon.

Et Dieu dit : - Faisons les hommes pour qu'ils soient notre image, ceux qui nous ressemblent. Qu'ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les bestiaux sur toute la terre et sur tous les reptiles et les insectes. Dieu créa les hommes pour qu'ils soient son image, oui, il les créa pour qu'ils soient l'image de Dieu. Il les créa homme et femme. Dieu les bénit en disant : - Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, rendez-vous en maîtres, et dominez les poissons des mers, les oiseaux du ciel et tous les reptiles et les insectes.

Et Dieu dit : - Voici, je vous donne, pour vous en nourrir, toute plante portant sa semence partout sur la terre, et tous les arbres fruitiers portant leur semence. Je donne aussi à tout animal vivant sur la terre, aux oiseaux du ciel, à tout animal qui se meut à ras de terre, et à tout être vivant, toute plante verte pour qu'ils s'en nourrissent. Et ce fut ainsi. Dieu considéra tout ce qu'il avait créé, et trouva cela très bon. Il y eut un soir, puis un matin : ce fut le sixième jour.

Ainsi furent achevés le ciel et la terre avec toute l'armée de ce qu'ils contiennent. Au septième jour, Dieu avait achevé tout ce qu'il avait créé. Alors il se reposa en ce jour-là de toutes les oeuvres qu'il avait accomplies. Il bénit le septième jour, il en fit un jour qui lui est réservé, car, en ce jour-là, il se reposa de toute l'oeuvre de création qu'il avait accomplie.