AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


La nudité originelle


« J'ai entendu ta voix dans le jardin ;

j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. »

(Genèse 3.10 ~ Traduction du rabbinat)

La nudité originelle ...


Avant de prendre conscience de leur nudité, il est écrit que « l’homme et sa femme étaient tous deux nus sans en éprouver aucune honte. » (Genèse 2.25 ~ Version du Semeur)

Mais quand ils s'en aperçoivent, leur première réaction face à Dieu n'est pas la honte mais la peur.

Ce qui compte dans la nudité, telle qu'elle est révélée dans la Genèse, ce n'est pas son approche physique pouvant susciter une " honte du corps ", mais le fait d'être intégralement exposé à la lumière, non comme phénomène matériel, mais en tant que représentation allégorique du regard de Dieu.

Jésus proclame en Jean 8.12 : « Je suis la lumière du monde. »

Et l'Evangile selon Jean précise à propos de Jésus : « Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. » (Jean 1.8)

Ainsi le regard de Dieu est-il conçu comme cette lumière invisible qui pénètre notre âme au plus profond, suscitant souvent la crainte d'être " vu " de l'intérieur.

Cette crainte n'est pas une préoccupation pour tous.

Certains s'imaginent ne pas être vus, en se cachant, ou à la faveur des ténèbres ...

« L’œil de l’adultère épie le crépuscule ; Personne ne me verra, dit-il, Et il met un voile sur sa figure. » (Job 24.15)

Ce passage extrait du Livre de Job a été souligné dans le Talmud par les rabbins.

L'adultère étant considéré comme un acte athée, parce qu'il ignore le regard de Dieu et ses commandements, le commentaire suivant a été rédigé :

« Il ne dit pas : personne ne me verra, mais : aucun œil ne me verra, ni l’œil d'un homme ici-bas, ni l'œil de Dieu là-haut. » (Nombres R. 9,1.)

Le fait d'ignorer le regard de Dieu n'est-il pas une façon de nier son existence ?

Il est intéressant de relever la proximité des termes hébreux désignant :

- la nudité, d'une part, qui se dit " erva ",

- le crépuscule, d'autre part, qui se prononce " erev ".

C'est à la faveur du crépuscule / erev que peut se dévoiler la nudité / erva pour l'accomplissement d'actes impurs dans l'obscurité.

Concernant Adam et Eve, il semble que ce soit au crépuscule qu'ils tentent de cacher leur nudité au regard de Dieu ... espérant peut-être qu'il ne serait pas nécessaire de se dissimuler pendant la nuit ?

« Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. » (Genèse 3.8 ~ Version Segond)

En fait, il n'est pas explicitement question du soir dans le texte biblique qui évoque seulement le " souffle du jour " que l'on a interprêté comme une brise du soir.

Le rabbin Rachi a commenté comme suit ce passage :

" Au souffle (le roua‘h – littéralement : « dans la direction ») du jour. Du côté où le soleil se couche, à l’ouest. A la fin de la journée, le soleil est à l’ouest. "

Cette explication nous donne l'impression que Dieu suit le mouvement du soleil d'est en ouest. Cette impression est renforcée par la traduction du rabbinat : « Ils entendirent la voix de l'Éternel-Dieu, parcourant le jardin du côté d'où vient le jour. »

Dieu vient du côté de la lumière naissante pour se diriger vers le couchant.

Le parallèle entre Dieu et la lumière est toujours présent.

Mais cette approche nous permet aussi d'avoir le sentiment que si le regard de Dieu suit le mouvement de l'astre solaire, du matin au soir, cela signifie qu'il peut veiller sur nous toute la journée.

« L'Éternel-Dieu appela l'homme, et lui dit : " Où es-tu ? " » (Genèse 3.9)

Est-il possible que Dieu puisse ne pas nous voir ... au point de devoir nous appeler ?

S'il est omniscient, omnipotent et omniprésent, comme l'affirment beaucoup de croyants, pourquoi a-t-il besoin de chercher Adam ?

Son omniscience lui permet de tout savoir ... mais ne l'oblige pas à nous observer en permanence.

L'omnipotence lui permet de tout faire ... mais il nous a laissé le libre-arbitre.

L'omniprésence lui permet d'être partout ... mais faut-il encore que nous lui ayons ouvert notre âme afin que sa lumière puisse nous pénétrer.

Dieu appelle Adam ... le laissant libre de répondre où de continuer à se cacher.

Et quand il nous appelle, que faisons-nous ?

< < < Retour au sommaire < < 31-GEN 3.10 > > A qui la faute ? > > >


LA GENESE : BERECHIT

Traduction du rabbinat : 3.1 à 3.24
Mais le serpent était rusé, plus qu'aucun des animaux terrestres qu'avait faits l'Éternel-Dieu. Il dit à la femme :

" Est-il vrai que Dieu a dit : vous ne mangerez rien de tous les arbres du jardin ? "

La femme répondit au serpent : " Les fruits des arbres du jardin, nous pouvons en manger ; mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez point, sous peine de mourir. "

Le serpent dit à la femme : " Non, vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, du jour où vous en mangerez, vos yeux seront dessillés, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. "

La femme jugea que l'arbre était bon comme nourriture, qu'il était attrayant à la vue et précieux pour l'intelligence ; elle cueillit de son fruit et en mangea ; puis en donna à son époux, et il mangea.

Leurs yeux à tous deux se dessillèrent, et ils connurent qu'ils étaient nus ; ils cousirent ensemble des feuilles de figuier, et s'en firent des pagnes.

Ils entendirent la voix de l'Éternel-Dieu, parcourant le jardin du côté d'où vient le jour. L'homme et sa compagne se cachèrent de la face de l'Éternel-Dieu, parmi les arbres du jardin.

L'Éternel-Dieu appela l'homme, et lui dit : " Où es-tu ? "

Il répondit : " J'ai entendu ta voix dans le jardin ; j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. "

Alors il dit : " Qui t'a appris que tu étais nu ? Cet arbre dont je t'avais défendu de manger, tu en as donc mangé ? "

L'homme répondit : " La femme - que tu m'as associée - c'est elle qui m'a donné du fruit de l'arbre, et j'ai mangé. "

L'Éternel-Dieu dit à la femme :
" Pourquoi as-tu fait cela ? "

La femme répondit : " Le serpent m'a entraînée, et j'ai mangé. "

L'Éternel-Dieu dit au serpent : " Parce que tu as fait cela, tu es maudit entre tous les animaux et entre toutes les créatures terrestres ; tu te traîneras sur le ventre, et tu te nourriras de poussière tous les jours de ta vie. Je ferai régner la haine entre toi et la femme, entre ta postérité et la sienne ; celle-ci te visera à la tête, et toi, tu l'attaqueras au talon. "

A la femme il dit : " J'aggraverai tes labeurs et ta grossesse ; tu enfanteras avec douleur ; la passion t'attirera, vers ton époux, et lui te dominera. "

Et à l'homme il dit : " Parce que tu as cédé à la voix de ton épouse, et que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais enjoint de ne pas manger, maudite est la terre à cause de toi ; c'est avec effort que tu en tireras ta nourriture, tant que tu vivras. Elle produira pour toi des buissons et de l'ivraie, et tu mangeras de l'herbe des champs. C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, - jusqu'à ce que tu retournes à la terre d'où tu as été tiré : car poussière tu fus, et poussière tu redeviendras ! "

L'homme donna pour nom à sa compagne " Ève " parce qu'elle fut la mère de tous les vivants. L'Éternel-Dieu fit pour l'homme et pour sa femme des tuniques de peau, et les en vêtit.

L'Éternel-Dieu dit : " Voici l'homme devenu comme l'un de nous, en ce qu'il connait le bien et le mal. Et maintenant, il pourrait étendre sa main et cueillir aussi du fruit de l'arbre de vie ; il en mangerait, et vivrait à jamais. "

Et l'Éternel-Dieu le renvoya du jardin d'Éden, pour cultiver la terre d'où il avait été tiré.

Ayant chassé l'homme, il posta en avant du jardin d'Éden les chérubins, avec la lame de l'épée flamboyante, pour garder les abords de l'arbre de vie.