AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST



Définition de la foi


« La foi est la garantie des biens espérés,

la démonstration des réalités non vues. »

(Epître aux Hébreux 11.1)


Cette traduction est issue de la traduction mot à mot du texte grec initial ci-dessous extrait de la Bible interlinéaire.

Εστιν δε πιστις ελπιζομενων υποστασις ... πραγματων ελεγχος ου βλεπομενων

Elle est - la foi - des biens espérés - la garantie ... des réalités - la démonstration - non - vues


Voici les différentes traductions de ce passage qui ont été relevées dans :

- la Bible de Jérusalem : « Or la foi est la garantie des biens que l'on espère, la preuve des réalités qu'on ne voit pas. »

- la version Segond : « La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

- la Bible en français courant : « Mettre sa foi en Dieu, c'est être sûr de ce que l'on espère, c'est être convaincu de la réalité de ce que l'on ne voit pas. »

- la version du Semeur : « La foi est une façon de posséder ce qu'on espère, c'est un moyen d'être sûr des réalités qu'on ne voit pas. »

- la Bible de la liturgie : « La foi est le moyen de posséder déjà ce qu'on espère, et de connaître des réalités qu'on ne voit pas. »

- la Traduction Œcuménique de la Bible : « La foi est une manière de posséder déjà ce que l'on espère, un moyen de connaître des réalités que l'on ne voit pas. »

Le classement de ces traductions est intentionnel. Il vise à dégager les nuances qui conduisent par ordre décroissant :

- de "LA garantie" à "une façon" ou "une manière",

- de "LA preuve" à "un moyen de connaître".

Il ne s'agit pas de critiquer ou de privilégier l'une ou l'autre de ces traductions car, celle qui s'éloigne le plus du texte initial dans le cas présent peut être la meilleure par ailleurs.

Mais il semble que la foi du traducteur influe profondément sur sa définition ... de la foi !

La foi est-elle LA garantie, la ferme assurance de notre Espérance ?

Ou une façon, une manière (parmi d'autres ???) de posséder ce que l'on espère ?

La foi est-elle LA preuve, LA démonstration des réalités invisibles ?

Ou un simple moyen (parmi d'autres ???) de connaître ces réalités ?

Il est manifestement utile de pouvoir se référer, dans bien des cas, à plusieurs versions, et si possible aux textes d'origine en grec (Nouveau Testament) ou en hébreu (Premier Testament).

Ensuite, il appartient à chacun de prier ... selon sa foi ... afin que l'Esprit le guide dans sa perception du sens d'un texte donné.

Ayant pour habitude de me référer à la version Segond, à la version du Semeur, ou à la Traduction Œcuménique de la Bible, j'ai ressenti beaucoup de plaisir en constatant que la Bible de Jérusalem était ici, à mon sens, la meilleure.

Loin de déplorer la diversité des traductions, je crois que celle-ci contribue à un enrichissement de la pensée, à une création de conscience, permettant à celui ou celle qui veut s'en donner la peine (et qui en a les moyens) d'approfondir sa foi et sa relation personnelle avec Son créateur.

Page précédente ...